Équipe de France : ce qu'il faut savoir sur la Norvège

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

MONDIAL 2014 - L'équipe de France entre dans le dur de sa préparation pour le Mondial-2014 en affrontant, mardi au Stade de France, la Norvège lors du premier de ses trois matchs amicaux avant son départ pour le Brésil. Présentation d'un adversaire désormais méconnu.

Les plus anciens d'entre vous se souviennent sans doute d'Ole-Gunnar Solskjaer, de Tore-Andre Flo, voire de John Arne Riise. C'était une autre époque, celle où la Norvège comptait dans le foot mondial, jusqu'à culminer à la 2e place du classement FIFA à la fin de l'année 1995. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts et c'est la 55e nation mondiale que la France s'apprête à recevoir mardi soir au Stade de France, à l'occasion du premier de ses trois matches amicaux de préparation à la Coupe du monde au Brésil (12 juin-13 juillet). Un adversaire qu'il serait donc temps de mieux connaître.

Pourquoi la Norvège au fait ? "Parce qu'elle était disponible pour nous affronter", a honnêtement répondu Didier Deschamps lundi en conférence de presse, admettant donc qu'il s'agit d'un choix par défaut. Le sélectionneur voulait, afin de débarquer en terrain connu, affronter trois équipes pouvant être assimilées à celles qui croiseront la route des Bleus lors de la phase de poules du Mondial. Pour préparer le Honduras, ce sera un autre Nord-Américain, la Jamaïque, le 8 juin à Lille. Pour l'Équateur, ce sera un autre Sud-Américain, le Paraguay, le 1er à Lille. Et donc pour la Suisse, un Européen, la Norvège, ce mardi à Saint-Denis.

Un ersatz de la Suisse

Il n'aura pas échappé à DD que si la Norvège ne s'est pas qualifiée pour la grand-messe brésilienne de cet été, elle a terminé quatrième d'un groupe dominé par... la Suisse, qu'elle a d'ailleurs tenue en échec (2-2) à Berne. De quoi permettre aux Bleus de trouver de premiers repères. "Ces Norvégiens ont un style de jeu plus européen que scandinave, a ensuite éclairé le sélectionneur. Elle ne joue pas long mais au sol, de manière assez technique. C'est intéressant pour nous." Justement parce que la Suisse a les mêmes caractéristiques.

Pour le reste, notons qu'après un parcours poussif lors des éliminatoires, cette équipe a repris du poil de la bête grâce à son nouveau sélectionneur, nommé en septembre 2013, Per-Mathias Høgmo. Lequel a fortement rajeuni ses troupes en vue des qualifications pour l'Euro 2016. Une nouvelle vague incarnée par les attaquants Mohammed Abdellaoue et Tarik Elyounoussi, qui évoluent en Bundesliga, à Stuttgart et Hoffenheim. Et encadrée par les grognards que sont l'ex Toulousain Daniel Braaten (aujourd'hui à Copenhague) et le capitaine Brede Paulsen Hangeland, défenseur central de Fulham. Tout ce petit monde est ainsi allé chercher un bon nul (2-2) à Prague face à la République Tchèque le 5 mars. Un résultat qui leur irait très bien aussi, mardi soir, au SDF.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter