Equipe de France : comment ça s’annonce, une liste ?

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

FOOTBALL - Ce mardi soir, la France du foot aura les yeux rivés sur le 20h de TF1 où Didier Deschamps annoncera une liste de joueurs retenus pour le Mondial brésilien. Comment ses prédécesseurs se sont-ils sortis de cet exercice médiatique imposé ? Souvenirs en images.

1998 : Taxi et traumatisme pour Jacquet
En 1998, Aimé Jacquet a été l'un des premiers à établir une liste élargie pour la Coupe du Monde. Le 5 mai, en conférence de presse, il donne une liste de 28 joueurs pré-sélectionnés alors que seuls 22 joueurs pouvaient être retenus. Le départ des six bannis sera d'ailleurs rocambolesque. La nuit du 21 mai, veille de l'annonce de la liste officielle, Lionel Letizi, Pierre Laigle, Martin Djetou, Sabri Lamouchi, Ibrahim Ba et Nicolas Anelka sont priés de quitter le centre d'entrainement de Clairefontaine en taxi. Un véritable traumatisme.

2002 : La non-liste de Lemerre
Roger Lemerre, durant son mandat de sélectionneur (1998-2002), était réticent - et pas franchement à l’aise - dès qu'il devait s'exprimer devant la presse. Pour sa liste des 23 en 2002, il a fait le choix d’un mode de sélection pour le moins alambiqué, loin des caméras et des micros. Objectif : éviter le drame qui avait suivi l'éviction des 6 joueurs en 1998. Du coup, après avoir convié, le 30 avril 2002, huit premiers joueurs à participer au stage de Tignes, il convoque treize autres Bleus quelques jours plus tard. 8 + 13 = 21. Ne manquaient donc plus que deux hommes pour compléter la liste des 23 qui devait être déposée auprès de la Fifa avant le 21 mai. Ces deux absents étaient Zinedine Zidane et Claude Makelele, encore retenus par leur club, le Real Madrid, pour la finale de la Ligue des champions le 15 mai 2002 contre le Bayer Leverkusen.

2006 : Domenech prend TF1 au dépourvu
14 mai 2006, Clairefontaine. Raymond Domenech doit annoncer sa liste des 23 lors d’une conférence de presse diffusée sur TF1 dans le cadre d’un Téléfoot exceptionnel. Problème, face aux journalistes, le sélectionneur débite sa liste à toute vitesse, sans prendre le temps d’expliquer ses choix.
Pris au dépourvu, Thierry Gilardi se voit obligé de lire la liste lui même en direct une fois la conférence de presse terminée. Pire, TF1 aura la surprise de constater que Raymond Domenech a réservé la priorité de ses explications aux abonnés de SFR, autre sponsor des Bleus… Sur le fond, malgré une seule et unique liste de 23 joueurs, « Raymond la science » devra gérer une  "guerre des goals" entre Fabien Barthez et Grégory Coupet, le second réclamant la place du premier et menaçant même de quitter le groupe. Le portier de l’OL à l’époque rentrera finalement dans le rang et se rendra avec les autres en Allemagne.

2010 : Domenech, l’art du contrepied
Aussi provocateur que contesté, Raymond Domenech surprend son monde en sélectionnant 30 joueurs pour la Coupe du monde au lieu des 23 annoncés. En raison d'un règlement FIFA pris en compte assez tardivement par le staff des Bleus, celui-ci décide d'élargir son groupe, pour le réduire à 7 éléments de moins 15 jours plus tard. Le 10 mai, le sélectionneur présent alors sur le plateau de 20h de TF1, comme le sera Didier Deschamps ce mardi soir, adopte une attitude très détendue et répond sans détour aux questions de Laurence Ferrari. Le choix d'annoncer sa liste sur un plateau TV en l'absence de journalistes spécialisés avait été très décrié.
Critiquée, la FFF décide finalement d'organiser une conférence de presse dans la foulée de l'annonce de la liste afin que le sélectionneur puisse répondre aux interrogations. En pleine affaire Zahia, Franck Ribéry arrive à se hisser dans l'avion qui prendra la direction de l'Afrique du Sud, mais pas Karim Benzema, qui évitera le psychodrame de Knysna.

Sur le même sujet

Lire et commenter