Equipe de France : Deschamps adepte de l'anti-buzz

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

DirectLCI
CHRONIQUE - Jusqu'à la fin de la Coupe du monde, Frédéric Calenge nous livre son point de vue sur l'équipe de France. "L'homme de terrain" de TF1 connaît bien les Bleus pour les accompagner partout où ils posent les crampons. Avant d'affronter la Norvège mardi, pour le compte du premier des trois matches amicaux qui doivent permettre à l'équipe de France de préparer son voyage au Brésil, il nous parle de cette période si particulière. Où parfois tout se joue...

"S’ils sont champions du monde, les Bleus auront vécu ensemble pendant huit semaines. Une éternité ! Didier Deschamps peut donc se satisfaire : la mayonnaise a tout de suite pris dans le groupe qu’il a constitué. Y incorporer des novices parmi les réservistes s’avère être sa plus grande réussite. A eux six, ces réservistes ne comptent que dix sélections. Et les trois nouveaux, Cabella, Perrin et Schneiderlin réalisent un rêve de gosse en accédant au Château de Clairefontaine. Mercredi, ils le quitteront déjà mais sans les fracas du passé lorsque les exclus n’étaient pas connus à l’avance.

Le rôle des 23 est clair : les leaders, les titulaires, les remplaçants et ceux qui ne joueront jamais mais qui sont tout de mêmes heureux d’être là. Parmi les leaders : Lloris, le capitaine silencieux, Evra, le véritable capitaine mais qui ne peut plus l’être, et Ribéry le maître à jouer et à rigoler. Leurs auras si différentes imposent le même respect.

L’alchimie du stage de préparation est fondamentale. Bixente Lizarazu a vécu 2 mois à Clairefontaine en 1998. " C’est un marathon. Les 3 premières semaines ca va mais après les journées sont de plus en plus longues". Frank Leboeuf avait repéré lors des footings en forêt une petite plage ensoleillée à l’extérieur du Centre d’entrainement. Pour fuir la monotonie de Clairefontaine, il franchissait les grilles. Un écart qui ferait aujourd’hui "le buzz". Un mot qui n’existait pas à l’époque et que Didier Deschamps veut éviter à tout prix. Une réussite, pour le moment…"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter