Equipe de France : sur Instagram, Rabiot dit qu'il "assume et assumera toutes les conséquences"

LCI

à lire et à regarder sur

COUPE DU MONDE - Dans une lettre ouverte dévoilée vendredi par RTL et publiée sur son compte Instagram, Adrien Rabiot estime que le choix de Didier Deschamps de ne pas le sélectionner dans la liste des 23 Bleus pour le Mondial en Russie "ne répond à aucune logique sportive". Et dit assumer "toutes les conséquences" de son choix.

Si Deschamps juge qu'il a commis "une énorme erreur", Adrien Rabiot ne semble pas près de battre sa coulpe. Dans une lettre ouverte publiée vendredi par RTL, le milieu du PSG "assume toutes les conséquences" de son refus d'être suppléant en équipe de France avant le Mondial. Et selon lui, l'erreur serait plutôt à chercher du côté de Didier Deschamps.


"Si j'ai décidé de me retirer de la liste des suppléants, c'est que je considère que le choix du sélectionneur à mon égard ne répond à aucune logique sportive, car depuis toutes ces années, le message était clair, ce sont les performances qui ouvrent les portes de l'équipe de France", explique le Parisien de 23 ans dans cette lettre ouverte, qu'il a publiée dans la soirée sur son compte Instagram. 

S'il se "doutai[t] du retentissement" lié à sa décision, le milieu "déplore" dans sa lettre "d'être caricaturé comme un jeune joueur immature incapable de mesurer la portée de ses actes". "J'assume et j'assumerai toutes les conséquences de mon choix avec le soutien de ma famille et de mes proches", conclut Rabiot. 


Repris de volée mercredi par Didier Deschamps ("dans le très haut niveau, il n'y a pas de place pour les états d'âme"), Rabiot réplique : "Je suis un compétiteur sans état d'âme, mais je suis aussi un homme, et à ce titre j'aurais aimé être considéré comme tel. Ma démarche ne vise en rien les joueurs sélectionnés."

Gagner avec la France, gagner pour la France, est une mission. J'ai la culture FranceAdrien Rabiot

Le joueur assure aussi que son "rêve, comme tous les footballeurs", est de "jouer pour [s]on pays": "Porter le maillot bleu est pour moi un honneur, une fierté. Gagner avec la France, gagner pour la France, est une mission. Depuis l'âge de 15 ans, j'ai défendu les couleurs de la France dans toutes les catégories de jeunes, jusqu'à attendre l'équipe A. J'ai la culture France".

L'Equipe et Le Parisien avaient révélé que le joueur (6 sélections, dont quatre titularisations) avait signifié à Deschamps son refus du statut de suppléant. Sa décision a provoqué un tollé, jusqu'en haut lieu, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux estimant que "quand on a l'honneur d'être appelé à porter le maillot tricolore et à défendre les couleurs de son pays, on répond présent, quel que soit le poste proposé". 


Vendredi, c'était au tour d'Emmanuel Macron lui-même d'adresser un tacle au joueur en forme de clin d'oeil  : "Vous savez, on ne sait jamais dans la vie si on va passer de remplaçant à titulaire". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter