Et si, en Allemagne, les horaires de bureau étaient adaptés pour suivre la Coupe du monde

Et si, en Allemagne, les horaires de bureau étaient adaptés pour suivre la Coupe du monde

LCI

à lire et à regarder sur

DirectLCI
FOOTBALL – Les Allemands n'ont pas l'intention de louper une seconde de la Coupe du monde. Et ce, même si elle se déroule au Brésil et que le décalage horaire est de cinq heures. Des syndicats ont donc demandé aux patrons de modifier les horaires d'embauche pour permettre aux employés de suivre les matches.

Les Allemands n'ont pas inventé le football mais outre-Rhin, on ne plaisante pas avec le Fußball. Au pays de la Mannschaft, trois fois sacrée championne du monde, le prochain Mondial, qui débute le 12 juin prochain, est attendu avec impatience. A tel point que deux syndicats plaident actuellement pour que les employeurs ajustent les horaires de travail à ceux du Brésil puisque plusieurs rencontres devant être diffusées tard le soir (particulièrement celles du groupe H, celui avec lequel l'Allemagne croise en quart).

28 des 64 matches commencent à 22 heures voire minuit en heure allemande

 Le chef du syndicat du secteur des mines, énergie et chimie, IG BCE, Michael Vassiliadis, a expliqué mardi dans  Bild, le journal le plus lu du pays : "Je trouve que les employeurs et les comités d’entreprise doivent discuter ensemble d’une adaptation, si possible, des horaires de travail afin que les employés puissent regarder les matches". Il faut croire qu'en Allemagne, les travailleurs doivent se coucher tôt puisque les hommes de Joachim Löwe, le sélectionneur, ne joueront - en phase de groupe - qu'une rencontre "tardive"... à 21 heures face au Ghana.  Le chef du syndicat de la construction, IG BAU, Robert Feiger, est du même avis, assure Bild.

Les patrons ne sont pas contre

Côté patronat, certains sont prêts à faire des efforts, note le quotidien allemand. Ainsi, la dirigeante de la Fédération des Jeunes Entrepreneurs, Lencke Wischhusen, estimerait envisageable d'embaucher plus tard, dans les secteurs où c’est possible. "Nous, les patrons, nous pouvons faire des efforts auprès de nos employés lors des matchs auxquels participe l’Allemagne", déclare le secrétaire général de la Fédération patronale d’obédience chrétienne-démocrate, Wolfgang Steiger. C'est dire les efforts que sont prêts à faire les Allemands, eux, qui n'ont plus vu leur équipe nationale soulever la Coupe du monde depuis vingt-quatre ans...

Lire et commenter