Fifa : Platini lâche Blatter et se rapproche d'une candidature

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

MONDIAL 2014 - Au lendemain de la candidature officielle de Sepp Blatter pour un 5e mandat à la tête de la Fifa, Michel Platini, son plus fervent opposant, a annoncé qu'il ne soutiendrait pas le Suisse. Et le Français envisage toujours de se présenter. Il donnera sa réponse fin août.

Entre eux deux, ce n'est pas l'amour fou. Ça, on le savait. Alors sitôt la candidature pour un nouveau mandat de Sepp Blatter , président de la Fédération internationale (Fifa), rendue officielle, Michel Platini n'a pas tardé à réagir. Ce jeudi, le Français a affirmé à l'AFP : ''Je ne le soutiendrai pas pour son nouveau mandat. Je ne le soutiendrai plus, c'est fini.'' Et se dirige encore plus vers un duel avec le Suisse.

Selon l'ancien meneur de jeu des Bleus, c'est bien simple : il faut du nouveau à la tête des instances. ''Son nouveau mandat, ce n'est pas bien pour le foot, reprend ''Platoche''. Mais c'est une personne qu'il faut respecter, il a tout mon respect.'' Surtout celui des fédérations non-européennes, qui lui ont apporté son soutien lors des réunions informelles qu'il a tenues avec elles lors du Congrès de l'UEFA, terminé mercredi soir.

Il donnera sa décision le 28 août

Reste alors à savoir si Platini va se présenter à cette élection , qui aura lieu à l'été 2015. Pour l'instant, l'ancien joueur de Saint-Etienne est à la tête de l'Union européenne (UEFA). ''Et mon problème, c'est de savoir ce que j'ai envie de faire dans les années qui viennent, et j'ai le temps d'y réfléchir'', explique-t-il. Alors quand les journalistes lui posent la question, le bientôt sexagénaire esquive. ''C'est une option. Et ce n'est pas parce que Blatter se présente que Platini ne se présente pas. Et ce n'est pas parce que Blatter ne se présente pas que Platini se présente.''

Sa décision, il la donnera le 28 août, ''au moment du tirage au sort de la Ligue des champions à Monaco''. Soit le plus tôt possible, selon le souhait des fédérations européennes, assure-t-il. Avant de conclure, dans un sourire. ''La seule chose que je sais, c'est que quand j'y vais, j'y vais pour gagner.'' Blatter est prévenu.

Lire et commenter