France-Norvège : première escale avant le Brésil

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

DirectLCI
MONDIAL 2014 - Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps a exhorté ses joueurs à "maintenir la flamme" née des barrages contre l'Ukraine, à quelques heures du premier match amical de préparation, ce mardi soir face à la Norvège au Stade de France. La tension monte.

De la frustration naît le désir, c'est bien connu. Depuis la qualification renversante pour le Mondial arrachée en barrages face à l'Ukraine (0-2 ; 3-0) fin novembre, on a vu les Bleus à l'oeuvre une seule fois, le 5 mars. Et la victoire aboutie (2-0) contre les Pays-Bas avait un fort goût de reviens-y. Nous y revoilà : ce mardi soir, l'équipe de France reçoit la Norvège au Stade de France, premier des trois matches amicaux qui jalonnent sa préparation en vue de la Coupe du monde au Brésil (12 juin-13 juillet). Une rencontre bien plus importante qu'il n'y paraît.

Ce n'est pas pour rien que 70 000 supporters sont attendus à Saint-Denis. Pourtant, en face, il ne s'agit que de la 55e nation mondiale, dépourvue de la moindre star et incapable de se qualifier. "Cette équipe a un style de jeu plus européen que scandinave, a éclairé Didier Deschamps lundi soir en conférence de presse. Elle ne joue pas long mais au sol. C'est intéressant pour nous." Parce que la Suisse, l'adversaire européen des Bleus en phase de poules, a les mêmes caractéristiques.

Didier Deschamps se méfie de l'optimisme ambiant

"Pour bien se préparer et créer des affinités techniques, il est important de se retrouver en configuration de match, a poursuivi le sélectionneur. A nous, maintenant, à travers chaque performance, de maintenir la flamme, même si ce n'est qu'un amical." Cette flamme allumée fin novembre et qui nourrit désormais les espoirs les plus fous.

Cette équipe de France ne baigne-telle d'ailleurs pas dans un climat trop optimiste ? "L'ambiance a toujours été bonne, même quand les résultats n'étaient pas bons, a assuré le coach. Après, je ne vais pas vous dire 'c'est formidable' ou 'on est au top', justement parce que je sais que ça changera peut-être après ce premier match." D'où l'impérieuse nécessité de le gagner.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter