France-Pays-Bas (2-0) : une équipe est bien née !

France-Pays-Bas (2-0) : une équipe est bien née !

LCI

à lire et à regarder sur

DirectLCI
FOOTBALL - A moins de cent jours du Mondial et face à un adversaire solide (sur le papier), les Bleus ont confirmé la dynamique qu'ils avaient entamée lors de leur qualification en novembre dernier. Auteur d'un des deux buts français, Karim Benzema a lui aussi montré qu'il était dans une forme éblouissante, y compris en sélection.

On a retrouvé le Stade de France. Pas celui qu'on avait quitté un soir de liesse indescriptible, le 19 novembre, après une qualification renversante pour le Mondial obtenue face à l'Ukraine. Celui qui sonne creux et donne parfois l'impression de s'assoupir. Qu'importe, c'était aux Bleus qu'incombait la charge de prolonger l'état de grâce hier soir. Mission accomplie avec brio (2-0) en prenant la mesure de Néerlandais rendus impuissants par la force collective de nouveau affichée par les hommes de Deschamps. Preuve qu'il ne s'agissait pas que d'un coup d'un soir.

Les Pays-Bas de Van Gaal, positionnés très haut, se sont, paradoxalement, montrés trop attentistes. Et si, en face, ce n'était pas une symphonie, l'équipe de France a joué de façon cohérente et harmonieuse. On a ainsi vu l'attaquant Valbuena venir gratter des ballons dans ses 16 mètres et le milieu défensif Matuidi prendre la profondeur comme un avant-centre, illustration parfaite d'une solidarité sans faille où chaque prise d'initiative était compensée par le mouvement d'un partenaire.

Tous les voyants sont au vert

Deux hommes, portés par la grâce, se sont attelés à concrétiser cette maîtrise. À la 32e minute, Matuidi, d'une ouverture lumineuse, trouve Benzema , dont la sublime demi-volée du droit ne laisse aucune chance à Cillessen (1-0). Puis on retrouve les deux mêmes à la 41e pour une merveille de une-deux permettant de décaler Valbuena à droite. Le Marseillais centre ensuite pour le Parisien Matuidi, auteur du but du break d'une reprise acrobatique aussi somptueuse qu'improbable (2-0).

Après la pause, les Oranje au jeu trop mécanique auront beau poser le pied sur le ballon, le bloc français ne se fissurera pas, tandis que le match perdra continuellement en intensité. Si ces Pays-Bas, qui n'avaient plus perdu depuis 17 matches, font bien figure de favoris du Mondial, dont ils sont tête de série, alors ces Bleus ont de quoi nourrir bien des espoirs. Des espoirs encore plus fous que celui de faire chavirer le Stade de France.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter