France-RFA 82 : le médecin des Bleus se souvient

France-RFA 82 : le médecin des Bleus se souvient

FOOTBALL - Le France-RFA de 1982, en demi-finale du Mondial espagnol, reste un traumatisme. Metronews s’est entretenu avec Maurice Vrillac, le médecin des Bleus, qui était aux premières loges lors de l’agression subie par Patrick Battiston.

Médecin des Bleus de 1973 à 1988, Maurice Vrillac a vécu au plus près l’agression du gardien Harald Schumacher sur Patrick Battiston,  en demi-finale de la Coupe du monde. C’était en 1982 face à la RFA, à Séville (Espagne), et aux yeux de beaucoup, cela reste une cicatrice. Pour metronews, le médecin, aujourd’hui âgé de 88 ans, se souvient.

Depuis le bord de touche, comment voyez-vous le choc entre Patrick Battiston et Harald Schumacher ?

Je comprends immédiatement ce qui se passe. J’accours tout de suite et je vois que quelqu’un a perdu connaissance. C’est Patrick Battiston, il est absolument inerte et se retrouve pris de tremblements.

Quand avez-vous revu pour la dernière fois ces images ?
Pas plus tard que mardi. Ça me donne encore des frissons.

EN SAVOIR PLUS
>> Séville 82 : pour Alain Giresse, "cela ne s'effacera jamais". >> Séville 82 : "On l'a vécu comme une profonde injustice" nous dit Alain Couriol

A quoi pensez-vous lorsque vous le voyez au sol ?
Je suis vraiment très inquiet. Je n’ai qu’une idée : qu’on le mette vite sous oxygène pour tester tous ses réflexes dans le service médical du stade Pizjùan. Et puis, petit à petit, il a repris un peu connaissance. A partir de là, j’ai surtout le souci de prévenir ses parents qui, inévitablement, avaient vu l’accident à la télévision.

Sur le moment, l’arbitre et les joueurs ont-ils conscience de ce qui se passe ?
Très vite, Michel Platini me rejoint. Il lui tient la main mais Battiston, inconscient, ne répond pas. Les autres joueurs, eux, étaient pris par le jeu. On n’a pas invectivé l’arbitre mais on lui a fait remarquer que le choc était d’une telle violence qu’on ne comprenait pas sa réaction. Je lui ai dit qu’il y avait une faute énorme et qu’il y avait atteinte à la vie d’un joueur mais il n’a rien sifflé.

Et vous n’avez rien dit à Harald Schumacher ?
Quand j’interviens, oui je le vois. Il se montre plutôt indifférent. On ne lui dit rien car on est surtout préoccupé par la santé de Patrick Battiston. Notre courroux est essentiellement dirigé vers l’arbitre.

A la fin du match, est-il venu prendre des nouvelles ?
Pas du tout. Je n’ai jamais eu l’occasion de le revoir. On a passé un long moment au service médical avant qu’on puisse transporter Battiston à l’hôpital. Ensuite, ils ont fait des radios de la colonne, des cervicales et du crâne [Battiston aura une fissure à une vertèbre cervicale et perdra trois dents, ndlr]. Et puis il est resté en observation toute la nuit.

Que s’est-il passé lorsque Battiston s’est réveillé à l’hôpital ?
Sa conscience est revenue petit à petit mais il avait totalement perdu la mémoire. Il m’a dit  : « Maurice que s’est-il passé ? Pourquoi je suis là ? » Il ne savait même plus qu’il avait disputé une demi-finale de Coupe du monde. On ne lui a pas dit que l’équipe de France avait finalement perdu [aux tirs au but, ndlr].

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le vaccin AstraZeneca "100% efficace contre les formes graves", assure le laboratoire

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Covid-19 : Merck annonce des essais prometteurs pour un traitement par voie orale

"Le succès attire la rage" : le rappeur The Vivi répond à son éviction de "The Voice" en musique

En pleine crise sanitaire, les sites de rencontres ne séduisent plus

Lire et commenter