"Franck Ribéry reviendra forcément en équipe de France", assure Noël Le Graët

"Franck Ribéry reviendra forcément en équipe de France", assure Noël Le Graët
COUPE DU MONDE 2018

COUPE DU MONDE 2014 - L'affaire Franck Ribéry est devenu un véritable tabou à Ribeirao Preto. Que le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, a savamment et pacifiquement brisé ce dimanche en conférence de presse.

Attention, sujet qui fâche. Dans le ciel limpide qui surplombe l'horizon des Bleus à Ribeirao Preto, ville où ils ont établi leur camp de base le temps de ce Mondial brésilien , le seul nuage se nomme Franck Ribéry (31 as). Depuis la sortie du médecin de l'équipe de France, Franck Le Gall, pour pointer la responsabilité de son confrère du Bayern Munich (le sulfureux Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt ) dans le forfait de l'ailier gauche, et après la réponse de ce dernier, soutenu par le joueur lui-même, on marche sur des œufs chaque fois que l'on évoque l'affaire en conférence de presse.

Noël Le Graët : "Un Ribéry diminué ne peut pas faire une grande Coupe du monde"

Sauf que, contrairement à Didier Deschamps, prêt à tacler ceux qui s'aventureraient sur ce sujet sensible, le président de la Fédération, Noël Le Graët, a bien voulu répondre aux questions qui lui ont été posées à ce sujet dimanche. En fin politique. 

C'est dans ce contexte que, ce dimanche, Noël Le Graët a eu le courage de ne pas se défiler, misant comme toujours sur son art de l'esquive : "Si on n'a pas invité Franck au Mondial comme Steve Mandanda, c'est parce qu'il a surtout besoin de couper. Cela fait trois mois qu'il est handicapé, je lui souhaite de vite retrouver son niveau en club. On ne peut jamais revenir en arrière après une déclaration publique. Après, il faut tenir compte du secret médical. Je comprends que le Bayern ait eu besoin de lui en fin de saison, c'est un joueur important pour eux aussi. C'est l'homme qui a le plus progressé lors des cinq dernières années. Mais il n'y a pas de querelles."

"Sa priorité doit être sa santé"

Une dernière phrase sur laquelle il a été prié de revenir quelques minutes plus tard. "Très franchement, moi, je l'aime bien Franck, a-t-il calmement répliqué, cette fois dans une concrète volonté d'apaisement. Ce petit conflit médical ne me passionne pas. Un Ribéry diminué ne peut pas faire une grande Coupe du monde. Sa priorité doit être sa santé, parce qu'il reviendra forcément en équipe de France. Il cumule les petits pépins alors qu'il veut toujours jouer... S'il était là, il voudrait aussi disputer les matches amicaux des remplaçants contre les jeunes. En tout cas, ce n'est pas une querelle de médecins, juste un athlète qui n'était pas performant au moment du choix." Enfin une vraie réponse. Même si elle omet habilement la question du contenu des seringues...

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent