Giroud, Sakho, Lloris... le sentiment du devoir accompli

Giroud, Sakho, Lloris... le sentiment du devoir accompli

EQUIPE DE FRANCE - Très impressionnants face à la Suisse vendredi soir (5-2), les Bleus n'ont pourtant pas versé dans un enthousiasme débordant après la rencontre. Déterminés et heureux de leur performance, ils ne s'enflamment pas.

Olivier Giroud :
"J'ai déjà fait huit médias ce soir mais c'est pas grave... On est heureux. On a encore pris beaucoup de plaisir. J'ai une nouvelle fois senti le groupe très très concerné, par rapport à tous les ingrédients qu'on a pu mettre dans ce match. En gardant cet état d'esprit, on est vraiment une très bonne équipe. Pour être honnête, on ne s'attendait pas à être aussi bons. Après, il y a ces deux petits buts encaissés en fin de match mais il ne faut pas bouder notre plaisir. On est très très contents. On a accumulé beaucoup de confiance pour la suite. Mais il faut rester mesuré. On connaît l'importance du tirage alors c'est important de finir premier. On n'a pas envie de tomber contre un gros. Il faut finir le boulot. J'ai envie de revivre un moment pareil. J'ai failli chavirer pendant la Marseillaise. C'était très fort émotionnellement parlant. Le reste, je n'en parle même pas. On vit un rêve de gosse, prolongeons-le le plus longtemps possible. Le point noir de la soirée, c'est que j'ai envoyé Von Bergen à l'hôpital. J'ai demandé de ses nouvelles : il a une commotion. J'en suis désolé, je me suis excusé plusieurs fois auprès de lui mais aussi de Jo Djourou et Philippe Senderos. J'espère qu'il se rétablira vite."

Mamadou Sakho :
"Ça va. Sur un tacle, j’ai senti une douleur à la cuisse droite. J’ai préféré pas prendre de risque mais on verra les sensations au réveil. On fera le bilan demain avec le staff. Je ne suis pas trop inquiet. Si ça m'a gâché la soirée ? Non, pas du tout. J’ai pris du plaisir en étant sur le terrain puis sur le banc. Il faut retenir l’état d’esprit. Je ne dirais pas que c'était une démonstration, je respecte cette équipe suisse, on a joué notre football, on a fait un très bon match. Si on a envoyé un message ? Peut-être, mais on ne regarde pas les autres nations, on se concentre sur nous, sur les efforts pour le collectif, le maillot. Comme on vit la chose de l’intérieur, c’est presque quelque chose qui fait partie de l’évolution. Ça fait un moment qu’on ressent un état d’esprit particulier. On arrive à le démontrer sur le terrain. Il faut que ça continue. On est un groupe, tout le monde est important. On l’a vu ce soir, quand on fait appel à un mec, il répond présent."

Hugo Lloris :
"Il y a eu de très belles choses ce soir. Il y en a eu aussi de moins bonnes en fin de match, en concédant ces deux buts. Mais retenons que c'est une très belle soirée pour l'équipe de France. Simplement, il ne faut pas se laisser envahir par les émotions. Restons lucides par rapport à tout ça. Et savourons les jours qui viennent avant de se plonger dans le travail pour le prochain match. On vous l'a dit et répété, l'objectif, c'était d'être prêt le jour J. On a répondu présent sur ces deux matches mais le chemin est encore très long. On est simplement dans une bonne position afin de passer cette phase de poules. Après, un autre tournoi démarrera, mais c'est important d'entretenir la dynamique et la confiance contre l'Équateur. Ces deux buts encaissés, il faut les voir comme un rappel positif. Maintenant, je reste un gardien de but. Ça fait d'autant moins plaisir qu'ils étaient évitables. Mais ça fait partie du jeu. C'était un match très ouvert avec des occasions de part et d'autre. On a été plus tueur qu'eux, on a su mettre les buts quand il le fallait et on leur a fait mal. On doit garder cette efficacité pour nous faciliter les matches. Notre altruisme, on le voit tous les jours, à l'entraînement, sur et en dehors du terrain. On vit bien, on travaille bien, c'est de bon augure. Mais il faut toujours rester vigilant et entretenir ce bon climat. Une performance comme celle de ce soir, ça aide forcément. On ne se pose pas la question du regard porté sur nous. Prendre six points sur six possibles, avec la manière et en marquant autant, ce n'est que du positif. Sur le terrain, on ne maîtrise pas les émotions, moi le premier. Après, il faut regarder la réalité en face. C'est une équipe très jeune et c'est à nous, les anciens, de faire passer le message. Heureusement, ils ont la tête sur les épaules et ils ont faim. De toute façon, ce soir, tout le monde a été magnifique, en attaque comme à la récupération du ballon. Surtout, c'est bon pour sa confiance que Karim ait marqué après avoir raté le penalty, même si c'est le gardien qui fait un bel arrêt. Malgré ça, il n'a pas douté un instant. Il a créé beaucoup de mouvements et d'espaces autour de lui. Offensivement, ce match a été une belle réussite."

Blaise Matuidi :
"C’était un bon match à jouer. Ce soir on peut être fiers de ce qu’on a fait. Il faut rester concentrés jusqu’au bout dans ce mini-championnat. Finir premier, c’est notre objectif. On a fait un très bon match. Je ne suis pas surpris. Depuis pas mal de matches, ou à l’entraînement, on sent qu’un groupe est né. On s’entend bien, il y a une super ambiance. Chacun veut aider le copain. C’est est ce qui va nous conduire à réaliser des perf comme ça. Il faut garder la tête sur les épaules. On a vu des grandes équipes en difficulté. Quand on se relâche, ça ne pardonne pas. On l’a vu. On doit garder ce qu’on fait de bien et surtout ne pas s’enflammer. On essaie de mettre tout le monde dans les meilleures conditions. Deux milieux ont marqué, ça démontre l’esprit collectif. Les attaquants se sont mis le cul par terre, ils nous aident autant qu’on les aide. Quand on a cet état d’esprit, on peut faire de grandes choses. Ce n’est pas rien, il faut le reconnaître, de marquer cinq buts à la Suisse. On a fait quelque chose de bien mais ça va vite. Savourons, ça fait du bien. On est vraiment contents. On reste les mêmes. On a une bonne équipe, on le démontre. Il ne suffit pas de le dire. Si on veut faire quelque chose de grand, il faut continuer comme ça. Si on est devenus favoris ? Il ne faut pas aller trop loin. On est une bonne équipe quand on a cet état d’esprit, avec nos qualités. C’est en guerriers qu’on y arrivera. C’est toujours bien de terminer premier, c’est gratifiant. Après il n’y a pas d’équipe facile, j’ai entendu le résultat contre l’Italie et deux grandes nations peuvent passer à la trappe. Nous, on ne connaît pas notre potentiel. On peut toujours faire mieux, allons chercher ça."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 cas ces dernières 24 heures

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

VIDÉO - Victime de violences conjugales, Camille Lellouche se livre dans "Sept à Huit"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.