Le journal des Bleus : Sakho et Koscienly incertains pour France-Nigeria

Le journal des Bleus : Sakho et Koscienly incertains pour France-Nigeria

EQUIPE DE FRANCE - Tout ce qu'il faut retenir de la séance d'entraînement de vendredi, le point sur les pépins physiques, une FFF qui ne regarde pas à la dépense pour faire plaisir aux locaux et un "streaker" particulièrement doué sont au menu de notre gazette du jour.

Le déroulé de la séance d'entraînement
Les Bleus ont retrouvé vendredi le stade Santa Cruz de Botafogo, à Ribeirao Preto, où ils s'entraînent depuis leur arrivée au Brésil. Après un décrassage à l'hôtel la veille au soir, ils ont poursuivi leur travail de récupération en effectuant une séance très légère, durant laquelle les titulaires de mercredi soir et ceux qui n'ont pas joué sont restés séparés. Sous un soleil de plomb et les encouragements d'un public venu nombreux (dont une vingtaine de Français ayant notamment scandé le nom de "Mathieu Griezmann") après une semaine où ils n'ont pas été autorisés à assister aux entraînements, ceux qui ont débuté contre l'Équateur (0-0) se sont contentés de quelques tours de terrain puis d'étirements. Les autres ont eu droit à un exercice consistant à travailler les appuis, ballon au pied face à un "défenseur" obligé de reculer dans le même temps, un autre où il s'agissait d'effectuer un une-deux avant que l'un s'en aille centrer en retrait pour l'autre devant le but, puis à un contre un entre deux buts gardés par un portier. Comme s'il s'agissait déjà de réapprendre à cadrer après les innombrables occasions manquées lors du dernier match. Tout ce petit monde a, enfin, eu droit à une opposition sur demi-terrain de deux fois dix minutes, où Cabella s'est montré impressionnant et Rémy un peu plus à la peine.

Sakho et Koscielny ménagés
Vous l'avez lu ici : Sakho a passé une échographie jeudi soir à l'hôtel JP, le camp de base des Bleus. Les résultats ont indiqué une évolution non favorable de sa blessure aux ischio-jambiers, finalement sans lien avec la plaie à cette même cuisse gauche qui l'avait contraint à sortir à l'heure de jeu. En conséquence, le défenseur de Liverpool a passé une IRM vendredi à l'hôpital de Ribeirao Preto, juste avant de se pointer au stade pour l'entraînement. Plusieurs témoins l'ont vu sortir "pieds nus" d'une voiture siglée "FFF" tandis que le bus ayant conduit ses coéquipiers était déjà arrivé. L'IRM en question s'est révélée "rassurante", nous a confié un membre de l'encadrement des Bleus, même si le joueur doit continuer les soins et passera un test déterminant à l'entraînement samedi. Une séance à part n'est pas à exclure, comme ce fut le cas pour Cabaye... deux jours avant qu'il soit titularisé contre la Suisse (5-2) le 20 juin. Ce vendredi, Sakho a assisté à la séance depuis un banc de touche au côté de Laurent Koscielny, son premier remplaçant, préservé en raison de douleurs persistantes au tendon d'Achille. Jacques Chirac avait raison : "Les emmerdes volent toujours en escadrille."

La FFF ne négocie plus avec la mairie de Ribeirao Preto, elle paye
Le feuilleton a pris fin. "Pour que le public puisse assister à la séance, ça nous coûte 20 000 euros à chaque fois (principalement en frais de sécurité, ndlr), mais on veut faire plaisir aux habitants de Ribeirao Preto, alors on paye", nous a lâché un membre de l'encadrement de l'équipe de France. La mairie de Ribeirao Preto a remporté son bras de fer.

La maman du "streaker" attendue au poste de sécurité
Comme ce fut le cas la semaine dernière, un jeune adolescent a bravé la sécurité pour filer voir les joueurs sur le terrain en toute fin de séance. Sous les vivats de la foule, il est parvenu à esquiver avec un certain panache deux vigiles qui se sont percutés en tentant de l'intercepter. Puis il est tombé dans les bras d'Eliaquim Mangala, probablement plus dans le souci de se protéger des gorilles le poursuivant que dans un élan d'affection. Il a fini par être ramené sous bonne escorte au poste de sécurité. Là, un policier militaire nous a certifié qu'il ne finirait pas au poste, n'ayant commis aucun crime. Le garçon, mineur, a simplement dû attendre que sa maman vienne le chercher pour pouvoir quitter les lieux.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : au moins 180 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne

EN DIRECT - Week-end de l'Ascension, vaccin AstraZeneca... l'appel de Jean Castex

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.