Les 23 pour la Coupe du monde : la mise aux points de Didier Deschamps

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

DirectLCI
FOOTBALL - Didier Deschamps n'y est pas allé par quatre chemins à l'heure de dévoiler la liste des pré-sélectionnés pour la Coupe du monde, mardi. Le sélectionneur a directement établi la hiérarchie, donnant les noms des 23 joueurs assurés de voir Ribeiro Prato, le camp de base tricolore au Brésil, sans attendre la date officielle du 2 juin. DD a également expliqué ce qu'allaient faire les sept réservistes retenus pour la préparation.

Pas la peine de tergiverser. En avril, Didier Deschamps avait annoncé qu'il aurait "des choix d'hommes à faire" à l'heure de révéler sa pré-liste de 30 joueurs pour la Coupe du monde au Brésil. Et comme à son habitude, le sélectionneur n'a pas hésité à trancher dans le vif, livrant "cash" les partants pour le Mondial sans même attendre le 2 juin prochain , date officielle de la remise de la liste définitive à la Fifa. 

Les vingt-trois élus
L'ancien milieu de terrain de la Juventus Turin sait que lorsqu'une équipe gagne, on ne la change pas. Résultat, dans la liste des 23 joueurs certains (sauf blessure) d'aller au Brésil, Deschamps a renouvelé sa confiance aux hommes forts de la qualification face à l'Ukraine (Sakho, Pogba, Ribéry, Benzema...). "Je ne voulais pas qu'il y ait une quinzaine de joueurs en insécurité, a expliqué le sélectionneur. C'est un groupe que je connais et qui a envie de faire rêver les gens". Tous les heureux élus étaient d'ailleurs de la victoire face aux Pays-Bas (2-0) lors du dernier match amical des Bleus.

Les sept réservistes
Anxieux à l'idée de devoir tailler dans un groupe de 30 joueurs, Deschamps a préféré jouer cartes sur table avec ses joueurs. Même si "tout peut arriver pendant la préparation", les Cabella, Lacazette ou Schneiderlin savent qu'ils ne devraient pas aller au Mondial. D'où ce choix de profils jeunes, qui auront l'occasion de goûter à l'équipe de France jusqu'au 28 mai, soit au lendemain du premier amical de préparation (face à la Norvège). "Un joueur n'entrait pas dans les 23 ne pouvait se retrouver dans les réservistes, a expliqué le technicien. Quand je sélectionne ces sept-là, je pense aussi à l'échéance de l'Euro 2016 en France".

Les absents
Face aux problématiques individuelles, Deschamps a privilégié "la construction d'un groupe". Même si Samir Nasri est bon avec Manchester City, il l'évince car il sait que l'intéressé ne fera pas un bon remplaçant ."Lorsqu'il ne joue pas, il n'est pas content, et cela se sent dans l'équipe", a estimé le champion du monde 1998. Moins froid concernant le cas d'Eric Abidal, "une décision difficile humainement", le sélectionneur ne voyait pas cet ancien titulaire chez les Bleus vivre une Coupe du monde sur le banc. Car "c'est une longue aventure de plus d'un mois qui nous attend".

Sur le même sujet

Lire et commenter