MONDIAL 2014 - Affronter le champion du monde espagnol n'est pas un cadeau, même pour les Pays-Bas. Encore plus après une préparation compliquée, entre sorties nocturnes et accident de plage. ''Nous sommes capables de battre l'Espagne'', prévient pourtant Wesley Sneijder.

Il y a quatre ans, Pays-Bas et Espagne se disputaient la suprématie mondiale, arrachée par les Ibériques après un but d'Iniesta en prolongations. Mais ça, c'était avant. Si la Roja, championne d'Europe en 2012, fait toujours figure de favori à sa succession, les Bataves ont perdu de leur superbe. Qualifiés sans trembler pour le Mondial brésilien (9 victoires et 1 nul en 10 matches), les Néerlandais se sont mués en équipe de contre et les stars offensives (Van Persie, Sneijder, Robben) sortent d'une saison moyenne. Et connaissent, surtout, une préparation compliquée.

Lundi, les images d'un entraînement dévoilaient un accrochage entre Arjen Robben, l'ailier aussi talentueux que caractériel du Bayern, et Bruno Martins Indi, le rugueux défenseur, pour des contacts un peu trop appuyés. La tension a été vite dissipée et n'a pas fait trop de remous. Mais, jeudi, une vraie polémique a ébranlé les Oranje : selon les journaux brésiliens, trois joueurs (Sneijder, De Jong et Kuyt) auraient prolongé leur soirée libre de lundi jusqu'à tard dans la nuit, au point de rentrer le lendemain matin à 11 heures…

Accident de kitesurf, tacles à l'entraînement et virée nocturne

Une information démentie en urgence par la fédération néerlandaise, mais le doute demeure, alors que la plage d'Ipanema (Rio de Janeiro), située à quelques mètres de l'hôtel, et les tentations qu'elle offre, faisait déjà craindre le pire aux médias néerlandais. Une plage où Robin Van Persie et Jaryl Janmaat avaient déjà été percutés par un kitesurf, sans gravité, lors d'une balade...

Pas idéal pour préparer le remake de la dernière finale, qui déterminera sans doute la première place du groupe. Encore moins pour ''refermer une cicatrice toujours ouverte'', terme employé par Wesley Sneijder, qui ''souffre toujours'' de cet échec. Mais espère le rattraper. ''Nous ne sommes peut-être pas une équipe du top, mais qu'à cela ne tienne : nous sommes capables de battre l'Espagne'', jure le milieu de terrain. Sinon, les Pays-Bas, sous pression, se disputeront la 2e place du groupe avec le Chili. Un rang qui leur offrirait en 8es de finale le Brésil. L'autre favori de ce Mondial.

Sur le même sujet

Lire et commenter