Les Pussy Riot qui ont envahi le terrain pendant la finale France-Croatie condamnés à 15 jours de prison

COUPE DU MONDE
LCI

à lire et à regarder sur

HAPPENING - Quatre membres – trois femmes et un homme - du collectif punk Pussy Riot ont fait irruption sur le terrain du stade pendant la finale France-Croatie, dimanche 15 juillet. Après avoir passé la nuit en prison, ils ont été condamnés à 15 jours de prison, ce lundi.

C’est une image qui a fait le tour du monde. A la 53e de la finale entre la France et la Croatie, en plein contre de l'équipe croate, quatre personnes en uniforme ont traversé la pelouse, interrompant quelques instants le match. Derrière ce happening au sommet, trois femmes et un homme, membres du collectif punk Pussy Riot, collectif féministe de farouches opposants à Vladimir Poutine. L’une d’entre eux a eu l'occasion de taper dans les mains de Kylian Mbappé avant d’être évacuée par le service d’ordre du stade avec les autres.


Sur les réseaux sociaux, leurs camarades ont rapidement revendiqué cette action, expliquant qu’en s’habillant ainsi, ils représentaient des policiers célestes qui surveillent doucement du Mondial et le respect des règles du jeu, à la différence des "policiers terrestres" russes qui "dispersent les manifestations et font du mal à tous."

Leur avocat n'a pas pu leur parler

Ce lundi, les Pussy Riot ont été condamnés à 15 jours de prison et à une interdiction d'assister à des événements sportifs pour trois ans, reconnus coupables d'avoir "gravement enfreint les règles du comportement des spectateurs". Une sentence qui correspond à la sentence maximale. Plus tôt dans la journée, le groupe avait donné des nouvelles de leurs camarades dans un long message sur Facebook. Elles expliquent que les quatre interpellés avaient passé la nuit au poste et devaient être présentés aujourd’hui à un juge. "La police n’a pas laissé notre avocat, Nikolay Vasilyev, les voir ou leur parler. C’est contraire à la loi. Tout le monde a le droit de parler à un avocat."

Quid des raisons de cette action spectaculaire ? Dans une vidéo postée ce dimanche sur YouTube, trois jeunes femmes, habillées elles aussi en uniforme, deux d'entre elles cagoulées dans une mise en scène un peu kitsch, rappellent les revendications qu'elles portent depuis de longs mois déjà.

Elles réclament notamment la libération des prisonniers politiques et notamment celle du cinéaste Oleg Sentsov, en grève de la faim depuis 64 jours suite à sa condamnation à 20 ans de camp sibérien pour "terrorisme" et "trafic d’arme" lors d’un procès que l’ONG Amnesty International a qualifié de "stalinien". Elles demandent par ailleurs la fin des arrestations de manifestants, la fin des fausses accusations criminelles et des arrestations arbitraires et l’autorisation de la "compétition politique" en Russie.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter