Liste de Deschamps : Ribéry voulait Nasri et Abidal à la Coupe du monde

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

DirectLCI
BRESIL - Interrogé jeudi soir sur RTL, Franck Ribéry est revenu sur la liste de Didier Deschamps pour la Coupe du monde de juin prochain. Et le moteur de l'équipe de France a fait part de sa déception de ne pas faire le voyage avec Eric Abidal et Samir Nasri, ses ''potes''.

Le couperet est tombé. Et, on l'a dit, la liste des 23 joueurs que Didier Deschamps a choisi d'emmener au Brésil est finalement sans surprises. Même les absences de Samir Nasri et Eric Abidal, deux grands perdants de ces dernières semaines , semblent logiques ou, tout du moins, annoncées. Mais cela n'empêche pas Franck Ribéry d'être déçu. Le meneur de jeu de l'équipe de France a avoué, jeudi soir sur RTL , qu'il espérait que les deux hommes soient du voyage avec les Bleus, et s'est justifié.

''J'ai une relation particulière avec eux, ce sont mes deux potes, a expliqué le joueur du Bayern Munich. Je suis un peu déçu pour Eric parce qu'il a quand même participé à tous les matches pour la qualification (seulement les derniers en réalité, ndlr). Je suis triste parce que Samir réalise une très belle saison avec Manchester City . Mais le coach a fait ses choix. Je ne suis pas le coach.'' Un aveu qui pose deux questions.

Ribéry en plein spleen

D'abord, celle du poids de Ribéry en équipe de France. Certaines rumeurs faisaient état d'une réunion entre les cadres de l'équipe (Evra, Ribéry, Benzema, Matuidi…) qui auraient demandé au capitaine, Hugo Lloris, d'aller voir Deschamps pour pousser à la non-sélection de Nasri... malgré la désapprobation de Ribéry, donc. On se souvient aussi des rumeurs autour de Christophe Dugarry, dont certains jurent qu'il a été sélectionné en 1998 seulement en tant qu'ami de Zidane. Là encore, cela signifie que Franck Ribéry n'a pas assez d'influence pour imposer ses choix.

Aussi, ces déclarations suivent d'autres, dans le magazine allemand Kicker, dans lequel le 3e au classement du dernier Ballon d’or se plaint du roulement imposé par Pep Guardiola, son entraîneur au Bayern. "Parfois tu joues, parfois tu restes sur le banc et parfois tu restes à la maison, explique l'ancien Marseillais. Personnellement, j'ai besoin de jouer. Après cinq ou six parties, j'ai peut-être besoin d'une pause mais pas après un match." Moins serein en dehors du terrain, Ribéry est également moins tranchant sur le pré, alors qu'il était étincelant jusqu'aux résultats du Ballon d’or , début janvier. Une méforme qui arrive au plus mauvais moment pour l'équipe de France.

Sur le même sujet

Lire et commenter