Sondage : confiance maximale chez les Français avant de défier la Suisse

Sondage : confiance maximale chez les Français avant de défier la Suisse

EXCLUSIF - Selon notre sondage réalisé par l' Ifop pour metronews, les Bleus ne peuvent pas perdre vendredi, face à la Suisse à Salvador. Mieux, depuis leur succès inaugural probant face au Honduras (3-0), plus de six Français sur dix les voient aller en quart... et même au-delà.

"Impossible n’est pas français". Ce slogan, floqué sur le bus de l’équipe France quand elle se déplace à Ribeirao Preto, commence à faire sens. Alors qu’une victoire vendredi face à la Suisse (21 heures) rapprocherait les Bleus des huitièmes de finale de cette Coupe du monde, selon notre sondage exclusif Ifop-metronews, 84 % des Français n’envisagent pas la défaite dans ce choc face à nos principaux rivaux dans ce groupe E.

Une confiance qui frôle même les 100 % chez les fins connaisseurs du ballon rond (97 % pronostiquant une victoire ou un nul face à la Nati d’Hitzfeld à Salvador). Après avoir vu la bande de Deschamps négocier à la perfection le premier match de la compétition face aux féroces Honduriens (3-0) , les Français les plus intéressés par le foot sont pour 97 % d’entre eux sûrs de voir leur équipe nationale arpenter les stades brésiliens après le 26 juin, date de la fin de la phase de poule. 

Entretenir la flamme

Quatre ans, quasiment jour pour jour, après Knysna (et ce funeste Mondial 2010 quand les mutins quittaient l’Afrique du Sud dès le 1er tour après une grève et sans la moindre victoire), "ces Bleus inspirent à nouveau une grande confiance, résume Frédéric Dabi, le directeur général adjoint de l’Institut Ifop. Et la nouveauté, après une semaine de compétition, c’est que plus de la moitié de nos sondés (63 % contre 47 % le 7 juin dernier) les voit aller en quarts et au-delà. En dix jours, la perspective d’atteindre le dernier carré est même passée de 11 % à 20 %.

Pas question pour autant de tomber dans l’optimisme béat et de promettre le titre à cette équipe de France. Si 17 000 supporters tricolores – au moins – ont misé sur les Bleus au point de s’offrir le voyage jusqu’au Brésil, " après une semaine de compétition, ils ont aussi eu l’occasion de voir jouer l’Allemagne, l’Italie, le Brésil ou les Pays-Bas, des favoris qui impressionnent dans cette compétition ", reconnaît Frédéric Dabi.

Finalement, alors que l’équipe de France semble continuer à reconquérir l’opinion publique, d’un point de vue sportif, c’est Antoine Griezmann, le milieu offensif des Bleus, qui, lundi, résumait le mieux les attentes entourant ce jeune groupe programmé pour l’Euro 2016 : "On ne devient pas favori après un match", tempérait-il. Il a sans doute raison. Mais nul doute qu’un deuxième succès vendredi soir face aux Suisses entretiendrait cette flamme.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Éric Zemmour : immigration, retraite, natalité... ses arguments passés au crible

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

VIDÉO - "Sept à Huit" : les confidences d'Amel Bent sur sa douloureuse maternité

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : "Du point de vue des idées, Zemmour c'est l'apogée du n'importe quoi", dénonce Castaner

REVIVEZ - OM-PSG : malgré deux buts refusés et un carton rouge, Marseille et Paris se quittent dos à dos dans ce "Classique"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.