Un panda, un poulpe, une tortue... Ces animaux qui devinent les résultats sportifs

COUPE DU MONDE 2018
LCI

à lire et à regarder sur

INSOLITE- Après Paul le poulpe en 2010, des parieurs chinois s'en remettent désormais à une équipe de pandas devins pour pronostiquer les matchs de ce Mondial 2014. Cette nouvelle attraction devrait une nouvelle fois donner une saveur supplémentaire à cette Coupe du monde. Retour sur ces petites (et grosses) bêtes qui ont illuminé les grandes compétitions internationales.

Paul le poulpe
Le premier animal parieur de ce genre est évidemment la référence. Lancé en 2008 lors de l'Euro, ce petit céphalopode, qui est en réalité une pieuvre commune, a pronostiqué juste douze des quatorze rencontres émises avec notamment un carton plein lors du Mondial 2010. Pour exercer son fabuleux talent, son propriétaire qui tenait un aquarium, le Sea Life à Oberhausen en Allemagne,lui donnait de la nourriture dans deux boîtes différentes aux couleurs des deux équipes qui s'affrontaient. Paul devait alors choisir celle qu'il voulait. C'est alors que la légende se mit en marche. La star animale qui vivait ces derniers mois d'existence s'éteint finalement le 26 octobre 2010. Triste épilogue, mais très beau à la fois.

Magdalena, la drôle de tortue slovaque
Ce phénomène ayant pris une incroyable dimension médiatique, la tentation de relancer un animal devin est trop forte. C'est ce que fait la Slovaquie qui organise alors le Championnat du monde de hockey sur glace en 2011. Mais cette fois-ci le phénomène va encore plus loin. C'est une tortue à deux têtes, Magdalena, qui est présentée comme un oracle ! Pour accomplir ses prédictions, l’animal ne mange pas mais il est placé sur une sorte de patinoire avec les deux équipes représentées par des figurines. Magdalena se déplace ensuite sur le terrain et fait alors son choix. Malgré un bon début, on ne sait pas ce qui est advenu des pronostics de cette tortue mutante.

La ribambelle d'animaux de 2012
On atteint le point d'orgue lors de l'Euro organisé en Pologne et en Ukraine. Pour cette compétition les deux pays organisateurs et l'Allemagne alignent une vraie ménagerie. Les Ukrainiens envoient sur le terrain un porc ainsi qu'un putois nommé Fred pour pronostiquer les résultats des rencontres. Le voisin polonais va encore plus loin : il prend Citta, une éléphante venue d'Inde. Enfin outre-Rhin, la relève de Paul est assurée par une vache, prénommée Yvonne, pour prédire les matchs de la Mannschaft (facile, puisqu'il paraît que le foot est un sport qui se joue à onze et qu'à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne). Autant dire que les pandas chinois devront avoir le nez creux pour se faire une place parmi ces êtres spéciaux.

Lire et commenter