VIDÉO - Coupe du monde 2018 : tout savoir sur le Japon de Shinji Kagawa et Hiroki Sakai

LCI

à lire et à regarder sur

FICHE D'IDENTITÉ - Du 14 juin au 15 juillet prochains, le monde entier va vivre à l'heure de la Coupe du monde, 21e du nom. Avant le coup d'envoi de la compétition, LCI passe en revue l'ensemble des 32 pays qualifiés. Place au Japon, qui vise les huitièmes, comme en 2002 et 2010.

Le Japon, surprise du Mondial russe ? Au rendez-vous tous les quatre ans depuis la Coupe du monde 1998 en France, leur première, les "Samouraïs bleus" de Shinji Kagawa, le milieu du Borussia, vont de nouveau tenter leur chance cet été en Russie. Les Japonais, huitièmes de finaliste en 2002 et 2010, ont pour ambition de répéter leur exploit. Emmenés par Keisuke Honda, passé par le CSKA Moscou et le Milan AC, les coéquipiers du Marseillais Hiroki Sakai et du Messin Eiji Kawashima auront à cœur de poursuivre leur progression et de confirmer que le pays du Soleil levant est l'une des futures places fortes du ballon rond.


Pour se hisser jusqu'en Russie, le Japon a connu deux phases. La première, plutôt tranquille, a vu les "Samouraïs bleus" finir en tête d'une poule très abordable, où l'on comptait le Cambodge, l'Afghanistan, la Syrie et Singapour. Le second tour de la qualification de la zone Asie, plus ardue, leur a demandé de ferrailler contre l'Arabie saoudite et l'Australie. Plus forts, ils ont décroché leur billet direct pour le Mondial. Mais les contre-performances (1-1 contre le Mali, 1-2 contre l'Ukraine) et la perte de confiance en Vahid Halilhodzic ont finalement poussé la Fédération japonaise à procéder au limogeage sans ménagement du sélectionneur franco-bosnien. Nommé à sa place, Akira Nishino n'aura eu que deux mois pour imposer sa patte. Suffisant ?

Engagé dans un groupe relevé, où la Pologne et la Colombie font office de favoris, le Japon aura fort à faire puisqu'il devra aussi lutter avec le Sénégal. Mais rien n'est impossible pour les "Samouraïs bleus". En Corée du Sud et en Afrique du Sud, ils étaient parvenus à atteindre les huitièmes de finale, à chaque fois dans des poules où on leur promettait l'enfer.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter