Être "suppléant" en équipe de France, un rôle ingrat qui peut déboucher sur une place à la Coupe du monde

LCI

à lire et à regarder sur

À LA PORTE DES BLEUS - Fini les réservistes. Outre la liste des 23 joueurs, Didier Deschamps a dévoilé jeudi 17 mai les noms de onze suppléants priés de se préparer de leur côté. Ils pourront être appelés en cas de blessure dans le groupe. Un statut rebutant, même si l'expérience récente montre que tout n'est pas vraiment fini pour eux.

Didier Deschamps change de méthode. Alors qu'il nous avait habitués en 2014 et 2016 à sélectionner des réservistes destinés à s'entraîner avec les 23 heureux élus et à quitter le stage de préparation quelques jours avant l'entrée en compétition, le sélectionneur tricolore a cette fois-ci innové : il a fait appel, non plus à des réservistes, mais à des "suppléants". 


Comprenez par là qu'ils ne participeront pas au rassemblement à Clairefontaine avec le groupe et n'interviendront qu'en cas de blessure d'un des 23 Bleus appelés. Ils sont ainsi onze joueurs à composer ce vivier (Ben Yedder, Coman, Costil, Debuchy, Digne, Lacazette, Martial, Rabiot, Sakho, Sissoko, Zouma) dans lequel "DD" pourra piocher à sa guise en cas de pépins.

"Une situation nouvelle" pour Deschamps

"Je me retrouve devant une situation nouvelle", se justifie le patron des Bleus. Il y a deux ans, à trois semaines de l'Euro 2016, il avait lancé la préparation avec seulement 15 des 23 sélectionnés. Les autres joueurs, alors encore engagés dans une compétition avec leur club, étaient arrivés au compte-gouttes à Clairefontaine. Cette année, la donne a changé. "Dès mercredi (23 mai),  je peux avoir à disposition tous les joueurs, à part Varane (qui joue la finale de la C1 avec le Real Madrid, le 26 mai, ndlr). Il y aura des suppléants jusqu'au 4 juin à midi, qui auront un programme personnalisé. Ils n'iront pas en stage avec nous."


De cette manière, "DD" souhaite se mettre "en mode compétition" et "travailler sur le qualitatif dès le premier jour". En optant pour des "suppléants" au lieu des habituels réservistes, il s'enlève donc en quelque sorte une grosse épine du pied. La concurrence au sein du groupe, et les incertitudes qui en découlent, aurait en effet pu créer un climat anxiogène entre les joueurs. 

En vidéo

Des "suppléants" plutôt que des réservistes : les explications de Didier Deschamps

Une lueur d'espoir malgré l'isolement

Pour les "suppléants", l'annonce de la liste a ouvert une phase incertaine. Priés de rester dans leur coin, à charge pour eux de se tenir prêts jusqu'au 4 juin, date butoir à laquelle Didier Deschamps devra fournir sa liste définitive à la Fifa, et même jusqu'au 15 juin, dans l'hypothèse d'une grave blessure d'un des mondialistes. Soit au plus tard 24 heures avant l'entrée en lice des Bleus dans la Coupe du monde russe face à l'Australie (le 16 juin, à 12h).


Pas une mince affaire lorsqu'on sait que la plupart des "suppléants" convoqués n'ont plus rien jouer avec leur club respectif depuis près d'un mois déjà, que la déception de ne pas faire partie de la liste initiale prévaut chez certains d'entre eux. Et enfin qu'ils n'auront pas la possibilité de vivre les prémices de l'aventure tricolore depuis l'intérieur du groupe France. 

Toutefois, l'espoir demeure à certains postes. Les états de forme de Djibril Sidibé et Benjamin Mendy, revenus de blessure et à court de compétition, laissent penser que rien n'est fixé. Dans l'histoire récente, certains réservistes ont d'ailleurs été appelés et ont pu disputer une Coupe du monde ou un championnat d'Europe. Sous Deschamps, cinq des quinze réservistes (33%) ont ainsi eu le bonheur de faire le voyage pour pallier des blessures alors qu'ils n'étaient pas de la première liste. Parmi eux, Stéphane Ruffier, Rémy Cabella (en 2014), Adil Rami, Samuel Umtiti (en 2016) et, bien sûr, Morgan Schneiderlin, appelé en renfort au Mondial et à l'Euro. 


La preuve que de ne pas être de la liste de mai ne signifie pas que tout est plié. Bien au contraire. Sur le plateau de Gilles Bouleau jeudi 17 mai, le sélectionneur Didier Deschamps le rappelait justement : "La seule liste qui comptera sera celle du 4 juin." À bon entendeur.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter