VIDÉO - Coupe du monde 2018 : tout savoir sur le Pérou, futur adversaire des Bleus

FICHE D'IDENTITÉ - Du 14 juin au 15 juillet prochains, le monde entier va vivre à l'heure de la Coupe du monde de football, la 21e du nom. Avant le coup d'envoi de la compétition, LCI passe en revue l'ensemble des 32 pays qualifiés. Place au Pérou, le pays d'Amérique du Sud qui pourrait donner du fil à retordre à l'équipe de France.

Elle est la 32e et dernière nation qualifiée pour la Coupe du monde. Après 36 ans d'absence dans la compétition suprême - et une élimination dès le premier tour de l'édition espagnole de 1982 - le Pérou revient sur le devant de la scène internationale. La Blanquirroja, le surnom de l'équipe péruvienne, en référence à son maillot historique blanc et rouge, rêve de marcher sur les traces de sa glorieuse aînée, quart de finaliste en 1970. Troisièmes de la Copa America 2015 puis éliminés en quarts de finale du Centenario l'année suivante, les Incas restent une équipe redoutable et redoutée, pouvant tenir tête à n'importe quelle grosse pointure.


Plombés par un début de campagne raté (4 points en six journées), les Péruviens se sont fait violence pour rebondir. Les joueurs de l'Argentin Ricardo Garreca, avec 22 points en 12 matches, ont finalement accroché la cinquième place des éliminatoires de la très relevée zone Amsud aux dépens du Chili, lauréat des deux dernières Copa America. Barragistes, ils sont sortis vainqueurs de sa double confrontation face à la Nouvelle-Zélande pour valider sa qualification. Depuis tout roule, avec notamment deux succès convaincants face à la Croatie (2-0) et l'Islande (3-1).

Intégré au groupe C, avec la France, le Danemark et l'Australie, le Pérou peut avoir de réelles ambitions dans un groupe à sa portée, où seuls les Bleus semblent au-dessus de la mêlée. Si la Blanquirroja venait à renouveler ses performances passées contre l'Uruguay (2-1) ou face à l'Argentine (0-0), nul doute qu'elle pourrait causer quelques soucis à ses futurs adversaires. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter