VIDÉO - "L'essentiel est de trouver le bon équilibre" : Kevin Trapp raconte les coulisses d'une préparation à la Coupe du monde

LCI

à lire et à regarder sur

TRAINING - Souvent remplaçant au PSG cette saison, Kevin Trapp postule malgré tout à une place parmi les 23 Allemands retenus pour disputer le Mondial dans quelques jours. LCI a pu s'entretenir avec le gardien, qui travaille dur pour mettre toutes les chances de son côté.

Kevin Trapp a la tête tournée vers la Coupe du monde. Retenu dans la pré-liste de 27 joueurs, vouée à être réduite à 23 noms au plus tard le 4 juin, date limite imposée par la Fifa pour remettre les listes définitives, la doublure d'Alphonse Areola au PSG est à la lutte avec Bernd Leno, le gardien du Bayer Leverkusen, pour décrocher la place de numéro 3 en équipe d'Allemagne derrière l'intouchable Manuel Neuer et Marc-André ter Stegen. En attendant que le couperet tombe, l'Allemand donne le meilleur de lui-même pour convaincre son sélectionneur Joachim Löw de l'emmener en Russie avec le reste de l'équipe nationale. 

De passage à Paris, pour le lancement de la chaussure de running Solar Boost, quelques jours avant de rejoindre le rassemblement de la sélection allemande, l'ambassadeur de l'équipementier Adidas a évoqué pour LCI son objectif suprême, à savoir disputer la Coupe du monde en Russie avec son pays natal. Kevin Trapp a également insisté sur l'importance de la course à pied, qui fait partie intégrante de son programme de préparation.

Jouer un Mondial, quelque chose de très spécialKevin TRAPP, gardien du PSG et de l'équipe d'Allemagne

LCI : La saison vient de se terminer. Les organismes sont fatigués, du fait de l'accumulation des matches et des émotions. Aviez-vous hâte de pouvoir souffler ?

Kevin TRAPP : La saison avec Paris a été longue. On a joué beaucoup de matches. Là, on se retrouve dans un entre-deux. C'est important d'avoir quelques jours off pour souffler, c'est vrai, mais il faut aussi se préparer pour la Coupe du monde. Personnellement, je suis déjà dans ma préparation pour le Mondial avec la sélection allemande. Il ne faut pas arriver et n'avoir rien fait pendant les journées de repos. L'objectif, c'est d'être prêt quand on aura besoin de moi.

LCI : Justement, l'été s'annonce chargé avec la Coupe du monde qui se tient en Russie. Comment faites-vous, physiquement et mentalement, pour relancer la machine ?

Kevin TRAPP : D'abord, ça change un peu parce que c'est avec l'Allemagne. Et puis jouer une Coupe du monde, c'est quelque chose de très spécial. C'est une compétition que tu ne peux jouer que tous les quatre ans. Ça motive déjà beaucoup. Il est aussi très important de se relâcher un peu pour récupérer. Pour ça, on a des entraîneurs qui nous disent quoi faire. Moi, je suis quelqu'un qui n'aime pas trop s'arrêter. Mais c'est essentiel de trouver le bon équilibre. 


Je m'exerce seul ou avec mes coéquipiersKevin TRAPP, gardien du PSG et de l'équipe d'Allemagne

LCI : Dans votre préparation quotidienne, vous intégrez le running, une discipline prisée par beaucoup de sportifs. Quelle est son importance dans votre programme ?

Kevin TRAPP : Le travail physique est à la base de toute préparation. En tant que sportif de haut niveau, tu as ce devoir de rester en forme et prêt. 

Pendant la saison, c'est compliqué parce que, comme je suis gardien, on fait des exercices spécialement dédiés à ce poste. Pour moi, c'est essentiel d'aller courir. Même en vacances, c'est important d'aller de faire du running de temps en temps. Ces entraînements réguliers sur les jours de repos servent en quelque sorte de pré-préparation. Ça permet aussi de se relâcher et de se changer les idées.

LCI : Comment se décomposent vos séances de course à pied ?

Kevin TRAPP : Ces dernières années, le football a beaucoup changé pour les gardiens, comme pour les joueurs. Il y a plein de choses à faire pour se préparer. Ce n'est pas juste l'entraînement sur le terrain. Il y a énormément à faire à côté. J'associe souvent mes séances de course à pied de 30 à 45 minutes à des exercices de gainage ou de gymnastique. Il y a des jours où je m'exerce seul, et d'autres où je suis avec les joueurs blessés ou mes coéquipiers qui veulent faire autre chose. Pendant les vacances, je fais plutôt ça avec des amis. J'adore me réveiller tôt et aller courir. Commencer la journée comme ça, c'est magnifique.

Il faut absolument faire attention à soi-mêmeKevin TRAPP, gardien du PSG et de l'équipe d'Allemagne

LCI : Le running vous aide-t-il à maintenir un degré élevé de concentration ?

Kevin TRAPP : Même pour un gardien, le running c'est quelque chose d'extrêmement important. Dans un match, même c'est dur à croire, on court 5 kilomètres. C'est différent des joueurs de champ mais il faut avoir un certain niveau physique. D'autant plus au Paris Saint-Germain, où tu n'es pas beaucoup sollicité dans les matches. Donc, sur les deux ou trois actions que tu as pendant une rencontre, tu dois être vigilant. Physiquement, tu dois être prêt à tout moment. La concentration vient quand tu es bien entraîné.

LCI : La façon dont un sportif se nourrit est déterminante sur ses performances. Suivez-vous un régime spécial en complément de votre activité physique quotidienne ?

Kevin TRAPP : Je ne suis pas un régime spécial mais je fais attention à ce que je mange. Ici, à Paris, le rythme est très soutenu. On joue tous les trois jours. Tu es très sollicité avec les matches, tu voyages beaucoup donc il faut absolument faire attention à soi-même. La nourriture, c'est aussi un élément très important à prendre en compte.

En vidéo

FICHE D'IDENTITÉ - Le tour du Mondial : l'Allemagne

🏃 Le conseil running de Kevin Trapp 🏃


"Ça ne doit pas être forcé. Quand je parle à des gens qui me disent qu'ils veulent aller courir mais que ce n'est pas très fun, je leur réponds qu'ils doivent tout d'abord en avoir envie. Quand tu finis une séance, tu seras content. Des fois, même pour moi, c'est difficile de commencer mais après tu te sens mieux. Tu as fait quelque chose pour toi même. Petit à petit, tu vas aussi voir les résultats arriver. Faire du sport pour le faire, ça ne sert à rien. Il faut avoir un objectif à atteindre."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter