3 bonnes raisons d'aller voir la nouvelle saison d'Opéra en plein air

CULTURE
DirectLCI
OPERA – Situés tout l'été dans des lieux historiques, les spectacles d'Opéra en plein air constituent une belle initiation à l'art lyrique. Cette année, c'est "La Traviata" de Verdi qui sera donnée dès vendredi 12 juin à Sceaux, avant de partir en tournée jusqu'en septembre.

Parce que le cadre nous plonge dans l'Histoire
Opéra en plein air, c'est un peu les Journées du patrimoine, la Nuit des musées et un festival lyrique réunis. Chaque année, un opéra est donné dans des monuments classés, en plein air, ce qui donne une ambiance toute particulière à ces soirées estivales et musicales. La nouvelle saison commencera les 12 et 13 juin au Domaine de Sceaux. Elle ira ensuite au château du Champ de Bataille du Neubourg (19 et 20 juin), au Château de Vincennes (du 25 au 27 juin), à la Cité de Carcassonne (13 juillet), au Château de Harqué (28 et 29 août), aux Invalides (du 8 au 12 septembre) pour finir au Château de Fontainebleau (18 et 19 septembre).

Parce que la metteuse en scène s'appelle Arielle Dombasle
Depuis quinze ans, Opéra en plein air confie ses mises en scène à des personnalités qu'on n'imaginerait pas toujours associées à l'art lyrique. Patrick Poivre d'Arvor s'est ainsi emparé de Carmen en 2010 et de Don Giovanni en 2014, Elie Chouraqui a eu droit à Aïda en 2012 et Francis Huster à La Flûte enchantée en 2013... Cette année, c'est à Arielle Dombasle de présenter une Traviata new look. La comédienne et chanteuse n'est pas une débutante dans la mise en scène puisqu'elle a déjà réalisé plusieurs films, comme Opium et La Traversée du désir.

Parce que c'est La Traviata, pardi !
Difficile de croire qu'à sa première, donnée en 1853, La Traviata a été un fiasco ! Aujourd'hui, elle est devenue l'opéra le plus célèbre au monde avec Carmen de Bizet. La Traviata, c'est une machine à tubes. Les amours contrariées de Violetta et d'Alfredo offrent des duos splendides que tout le monde a siffloté un jour ou l'autre sous sa douche. On entre souvent dans les enchantements de l'art lyrique par cette œuvre à la fois joyeuse et poignante, basée sur La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas. Avec la soprano Gabrielle Philiponet en Violetta, en alternance avec Sabine Revault d'Allonnes, les ténors Samy Camps ou Avi Klemberg en Alfredo, elle devrait mettre tout le monde d'accord.

Lire et commenter