Accusé de "voler" la culture afro-américaine, Bruno Mars reçoit le soutien de la communauté noire

Accusé de "voler" la culture afro-américaine, Bruno Mars reçoit le soutien de la communauté noire

CULTURE
DirectLCI
MUSIQUE - Avec son album "24K Magic", Bruno Mars a raflé 6 victoires aux Grammys, un succès qui n'a pas été du goût de tous. Une partie de la communauté afro-américaine considère en effet que le chanteur s'approprie la culture afro-américaine, sans pour autant y appartenir. Un manque de respect ? Plusieurs stars, comme Charlie Wilson ou Rapsody, sont venues à sa rescousse .

Bruno Mars s'est retrouvé au cœur d'une polémique ce week-end. Le chanteur est accusé d'"appropriation culturelle". Ce concept,  bien plus développé aux Etats-Unis qu'en France, signifie qu'une personne issue de la culture dominante s'accapare et reproduit les codes d'une culture minoritaire. Une forme de domination raciale et économique. En clair, le chanteur serait un profiteur.


C'est l'écrivaine et activiste Seren Senei qui a mis le feu aux poudres. Lors d'un débat sur The GrapeVine TV, une chaîne Youtube destinée aux millennials afro-américains, elle n'a pas été tendre : "Bruno Mars fait de l'appropriation culturelle à 100%. Il n'est pas du tout noir et joue sur l'ambiguïté de sa 'race' pour mélanger les genres", a-t-elle  martelé. Le chanteur ne possède effectivement pas d'origine afro-américaine -sa mère est philippine et son père portoricain.


Selon Seren Senei, Bruno Mars "volerait" donc le style de musique afro-américain : "Il ne crée pas, il ne le fait pas évoluer, il ne l'améliore pas. C'est un chanteur de karaoké, un chanteur de mariage, il est la personne que tu embauches pour jouer du Michael Jackson et du Prince. Et pourtant Bruno Mars a remporté le Grammy Award du meilleur album alors que Prince n'en a jamais eu." En quelques heures, la vidéo aux cent punchlines est devenue virale, l'extrait a été vu plus de trois millions de fois sur Twitter.

D'un côté, il y a ceux qui approuvent. "'Ils veulent de la culture noire par des artistes non-noirs'. C'est l'analyse parfaite de l'état actuel de l'industrie musicale" regrette ainsi l'internaute Rosechocglam. 

Mais le chanteur a surtout reçu une flopée de soutiens. Tout d'abord ceux d'anonymes, comme CC15 qui ironise : "T'es pas italien et tu manges de la pizza ?".

Mais aussi et surtout ceux de nombreuses stars afro-américaines. Charlie Wilson a par exemple accouru pour défendre "son ami" : "Notre principal espoir est de divertir et d'offrir une musique qui procure à nos fans des moments et des sentiments qu'ils chériront toujours", a-t-il indiqué sur Twitter. "Aux 'haters'", le chanteur du groupe de R&B et de funk The Gap Band a précisé qu'"avec son album, Bruno a aidé à ramener le son New Jack / R&B auprès des masses alors qu'il était laissé pour mort depuis des années et qu'il devenait très dur pour les artistes de ramener ce son dans le radar du grand public."

La rappeuse Rapsody, également nommée aux Grammy Music Awards, a encouragé Bruno Mars à poursuivre sa musique.

Kim Kardashian et Kathy Perry aussi

Ce n'est pas la première fois qu'un artiste est accusé d'"appropriation culturelle". Aux Etats-Unis, cette critique est même devenue assez "banale" depuis quelques années. Fin janvier, Kim Kardashian a ainsi dû faire face à des internautes déchaînés après avoir posté une photo où on la voit coiffée de tresses à l'image de Bo Dereck, une actrice américaine - blanche - et qui avait créé la polémique en 1979.

En vidéo

ARCHIVES - Super Bowl 2016 : Bruno Mars enflammait les réseaux sociaux

En juin dernier, c'est la chanteuse Katy Perry qui avait dû aussi s'excuser pour avoir porté des tresses africaines et mangé de la pastèque dans son clip "This is how we do" (qui remonte pourtant à 2014). Elle expliquait alors qu'elle n'avait pas pris conscience que ses actions pouvaient heurter la communauté noire. Dans un autre registre, Disney avait dû retirer un déguisement de la vente en 2016. La marque proposait un costume de Maui, le héros du film Vaiana, avec des bras de couleur marron parsemés des tatouages polynésiens.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter