Alec Baldwin tire et tue un membre de l'équipe de tournage : comment est encadré l'usage des armes au cinéma ?

Alec Baldwin tire et tue un membre de l'équipe de tournage : comment est encadré l'usage des armes au cinéma ?

INTERVIEW - Sur un tournage, l'acteur américain Alec Baldwin a tué accidentellement par balle la directrice de la photographie du film. La réglementation sur les plateaux n'autorise pourtant que les cartouches à blanc, explique Frédéric Cauvy, armurier de cinéma.

L'arme aurait dû être chargée à blanc. Sur le plateau de tournage du western Rust, au Nouveau-Mexique, l’acteur Alec Baldwin a touché par balle deux membres de la production du film, dans lequel il campe l'un des protagonistes. Parmi eux la directrice de la photographie Halyna Hutchins, 42 ans, qui a succombé à ses blessures tandis que le réalisateur du western Joel Souza, 48 ans, a été admis en soins intensifs. Hors de danger, il a quitté l'hôpital ce vendredi.

Aucune poursuite n'a été engagée contre l'acteur, entendu par les forces de l'ordre, la production ayant estimé que le drame était un "accident". L'enquête se poursuit pour tenter de faire lumière sur ce tir mortel, survenu en dépit des normes de sécurité très strictes qui s'appliquent aux plateaux de tournage, comme le détaille Frédéric Cauvy, armurier de cinéma.  

Comment un tel tir a-t-il pu avoir lieu sur un plateau de cinéma ? 

Pour le moment, on ne sait pas grand-chose de cette histoire. Il y a pu y avoir une défaillance de l’arme, car aux États-Unis comme en France, il est interdit d’utiliser de vraie cartouche sur un tournage. On a recours uniquement à des munitions à blanc, qui ne disposent pas de projectile, de balle. C’est uniquement l’inflammation de la poudre qui produit un effet de détonation et des flammes au bout du canon pour simuler un vrai coup de feu. Les armes utilisées sont des vraies, mais elles sont modifiées pour tirer des cartouches de cinéma uniquement. Il est donc impossible de tirer de vraies cartouches avec, on ne peut plus les remettre en état de tir. On ne sait donc pas pour l’heure ce qu’il s’est passé sur le tournage d’Alec Baldwin, il faut attendre les résultats de l’enquête.

Toute l'info sur

Alec Baldwin auteur d'un tir mortel lors du tournage d'un western

toute vraie munition est bannie des plateaux de cinéma- Frédéric Cauvy, armurier de cinéma

Ces règles sont-elles valables dans le monde entier ?

Oui, toute vraie munition est bannie des plateaux de cinéma. Aux États-Unis, même si la détention d’armes est autorisée pour les personnes majeures dans certains États, les tournages sont très surveillés. Les professionnels du cinéma réalisent beaucoup plus de films de guerre qu’en France, ils sont donc plus exposés à divers accidents et très vigilants sur les normes de sécurité en plateau, que ce soit sur le plan des armes à feu, mais aussi des cascades ou des effets spéciaux, comme des explosions par exemple. 

Lire aussi

En vidéo

VIDÉO LCI PLAY - Alec Baldwin, auteur d'un tir mortel en plein tournage

Il y a-t-il d’autres consignes encadrant l’utilisation d’armes en plateau ?  

Il y a des normes de sécurité strictes établies, car même si on n’utilise pas de vraie cartouche, il y a des dangers auditifs et visuels pour les équipes. À chaque séquence de tirs, les armuriers stipulent bien aux comédiens de faire attention à leurs yeux, qui peuvent piquer, et à leurs oreilles, si le coup de feu est tiré proche d’eux. En plateau, on intervient donc pour protéger les équipes, faire respecter la sécurité et les distances de tirs, puisque cela reste une arme à feu. 

Nous sommes les seuls à avoir l’habilitation pour utiliser les armes en plateau et les comédiens les manipulent sous notre supervision. Nous les entraînons d'ailleurs toujours en amont du tournage à tenir une arme. On vérifie aussi que l’arme fonctionne dans de parfaites conditions, et on a un panel de munitions adaptées à l’effet souhaité. Pour simuler un suicide par exemple, en pointant une arme sur la tête, on utilisera seulement une cartouche totalement inoffensive sans flammes ni détonation.  

Un drame similaire à celui du tournage de Rust a-t-il déjà eu lieu ? 

En 1993, l’acteur Brandon Lee était décédé sur un plateau aux États-Unis (après avoir été blessé par balle, sur le tournage du film The Crown, ndlr). Une ogive était restée bloquée à l’intérieur du canon et a été projetée lors du tir de la cartouche à blanc. Cela n’aurait pas pu arriver en France, car tous nos canons disposent d’un rétreint qui empêche les projectiles de partir.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

EN DIRECT - Covid-19 : risque "élevé à très élevé" que le nouveau variant "Omicron" se répande en Europe

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.