"Allen v. Farrow", le documentaire : Woody Allen fustige "une entreprise de démolition pleine de mensonges"

"Allen v. Farrow", le documentaire : Woody Allen fustige "une entreprise de démolition pleine de mensonges"

CHOC – HBO diffusait dimanche soir la première des quatre parties de la série documentaire qui revient sur les accusations d’agression sexuelle de Dylan Farrow, la fille adoptive de Woody Allen. Un film "orienté de mauvaise qualité", selon le réalisateur qui n’apparaît pas dans l’enquête.

"Raconté de manière méthodique et profondément émouvant", pour le Washington Post. "Explosif", selon The Hollywood Reporter. "Complètement inoubliable", d’après Collider. Allen v. Farrow, le long documentaire consacré au réalisateur Woody Allen et à l’affaire de l’agression sexuelle présumée de sa fille adoptive Dylan Farrow, a provoqué de vives réactions avant même sa diffusion. 

Ce dimanche 21 février, HBO proposait le premier des quatre épisodes de cette enquête qui "se révèle accablante pour le réalisateur américain", d’après l’AFP qui a pu le visionner. Le cinéaste s’est défendu dans un communiqué dans lequel il s’en prend aux réalisateurs Kirky Dick et Amy Ziering.

Ces documentaristes ne s’intéressent pas à la vérité- Woody Allen

 "Ces documentaristes ne s’intéressent pas à la vérité. Au lieu de cela, ils ont passé des années à travailler subrepticement avec les Farrow et leurs complices pour monter ensemble une entreprise de démolition pleine de mensonges", affirme le texte transmis à Variety par la sœur du réalisateur. "Comme on le sait depuis des décennies, ces accusations sont absolument fausses. Plusieurs agences ont enquêté et ont trouvé que, peu importe ce qu’on avait pu faire croire à Dylan Farrow, absolument aucun abus n’a jamais eu lieu. Ce n’est malheureusement pas étonnant que le diffuseur soit HBO, qui collabore avec Ronan Farrow. Même si ce documentaire orienté de mauvaise qualité va sans doute attirer l’attention, ça ne change pas les faits", poursuit le communiqué.

Woody Allen explique que lui et sa femme Soon-Yi "ont été approchés il y a moins de deux mois et n’ont eu que quelques jours pour répondre" aux allégations du documentaire. "Évidemment, ils ont refusé de le faire", précise leur communiqué. La version donnée par les têtes pensantes du documentaire est toute autre. La productrice Amy Herdy indique dans Variety avoir tenté de contacter le cinéaste dès le mois de juin 2018. "J’ai appelé sa publiciste plusieurs fois pour essayer de l’interviewer et je n’ai eu aucune réponse. Je sais qu’ils ont reçu ma demande parce que j’ai pu avoir une assistante au téléphone à qui j’ai demandé 'Vous avez bien reçu mes mails, non ?' Et elle a dit oui. Mais ils n’ont jamais répondu", soutient-elle.

Ce film touche à la complicité, le pouvoir de la célébrité, le pouvoir de la manipulation, la façon dont nous allons croire quelque chose qui sera suffisamment répété- Les réalisateurs de "Allen v. Farrow"

Ce lundi, l’ensemble des médias américains y allait de leur article compilant "les informations les plus choquantes" du documentaire. Alors, que raconte Allen v. Farrow ? Se basant sur des témoignages et des documents inédits, les réalisateurs font le lien entre l’agression présumée de Dylan alors qu’elle avait 7 ans et la relation de Woody Allen avec Soon-Yi Previn. Ils avancent notamment que le metteur en scène a eu des relations sexuelles avec Soon-Yi bien avant sa majorité. "Le film va jusqu'à laisser entendre que Woody Allen pourrait avoir fait dérailler les deux enquêtes officielles sur l'affaire, dont aucune n'a abouti à des poursuites", note l’AFP.

Lire aussi

Le documentaire raconte aussi comment le cinéaste a continué à bénéficier du soutien de Hollywood, qui n’a commencé à prendre ses distances qu’après l’éclosion en 2017 du mouvement #MeToo dont l’une des voix n’est autre que… Ronan Farrow, fils de Mia et frère de Dylan. Dans une interview au Washington Post, les réalisateurs affirment que leur documentaire "n’est pas vraiment sur Woody Allen" mais "parle d’un système".  "Ce film touche à la complicité, le pouvoir de la célébrité, le pouvoir de la manipulation, la façon dont nous allons croire quelque chose qui sera suffisamment répété", insistent-ils. Allen v. Farrow sera diffusé en mars sur OCS en France.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - Valérie Pécresse : "Il faudra des mesures de restriction supplémentaires en Ile-de-France"

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter