Tweets antisémites contre Miss Provence : deux mois d'emprisonnement avec sursis requis

Abril Benayoum le soir de l'élection de Miss France.

JUSTICE – Huit personnes sont jugées devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir posté des tweets antisémites contre April Benayoum, première dauphine de Miss France 2021.

Des peines de deux mois d'emprisonnement avec sursis ont été requises mercredi à l'encontre de l'ensemble des huit prévenus, quatre hommes et quatre femmes, âgées de 20 à 58 ans, jugées devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir posté des tweets antisémites visant April Benayoum, Miss Provence et première dauphine de Miss France 2021.

"Qu’est-ce qu’on a voulu faire derrière ces injures ? On a voulu dire à April Benayoum que non, il ne faut pas être fière de ses origines, comme si c’était un sujet tabou. Condamner les prévenus, c’est aussi défendre la liberté d’expression", a affirmé la procureure. Jugés pour "injures publiques commises à raison de l’origine, de l’ethnie, de la race ou de la religion", les huit prévenus (dont sept présents à l'audience), tous sans casier judiciaire, encourent un an de prison et 45.000 euros d’amende.

En décembre 2020, au cours de l'élection de Miss France retransmises sur TF1, April Benayoum, Miss Provence, avait expliqué que son goût pour la géographie était peut-être dû à ses origines. Sa mère est serbo-croate et son père israélo-italien, confiait la jeune femme sans se douter qu'elle allait déclencher dans la foulée un déferlement de messages de haine à son encontre sur Twitter.

Toute l'info sur

Amandine Petit, Miss Normandie, devient Miss France 2021

"Je vote contre la juive (...) Miss Provence est israélienne cette chienne (...) Je boycotte Israël"- Un des tweets contre Miss Provence

"Chacun des tweets des prévenus sont pour moi l’expression d’un mépris a minima ou d’une invective à l’égard d’une personne en raison de son origine", a estimé la procureure. "Je me suis sentie extrêmement mal", avait auparavant indiqué à la barre la jeune femme de 22 ans. "Si je suis présente aujourd’hui c’est tout simplement parce que je ne veux pas que ces personnes restent impunies et cachées derrière des écrans", avait ajouté la jeune femme en veste de tailleur rose et jean noir.

Les tweets à son encontre étaient sans ambiguïté. "Je vote contre la juive (...) Miss Provence est israélienne cette chienne (...) Je boycotte Israël", a lu la présidente de la 17e chambre en citant les tweets incriminés. À l'audience, les prévenus ont tous admis avoir écrit des propos injurieux, mais aucun n'a reconnu le caractère antisémite des messages postés. Certains ont concédé avoir agi au nom de la cause palestinienne.

Leurs avocats ont dénoncé "la pression politique" autour de ce procès alors que plusieurs membres du gouvernement avaient fait part de leur indignation à l'époque des faits. La plupart ont plaidé la relaxe. "J'ai tweeté parce qu'Israël ne respecte pas les droits fondamentaux (...) J'aurais fait la même chose pour l'Arabie saoudite ou le Qatar qui sont des pays musulmans, mais je ne souhaitais pas m'en prendre à une personne", a expliqué à la barre Jasmine B., 23 ans, une podologue, dont l'avocat précise qu'elle est "fille de militaire".

Lire aussi

Ça gâché une aventure exceptionnelle. Ça a touché mon entourage. J’ai du mal à dormir. Quand on me parle dans la rue, on ne me parle que de ça, pas de l’aventure Miss France- April Benayoum

"Votre tweet c'était quand même un appel à boycotter Israël ?", demande à Jasmine B. Me Muriel Ouaknine-Melki, avocate de l'Organisation juive européenne, une des multiples parties civiles de ce procès. Rayanne M., 23 ans, préfère jouer l'incompréhension. "Mon tweet (où il appelait à 'voter contre la juive') c’était un troll, rien de sérieux, rien d’antisémite, c’était pour amuser la galerie", dit-il avant d'exprimer ses "gros regrets". "C’est des tweets faits au millième degré (...) j’ai toujours caricaturé les racistes, les homophobes, les antisémites", se défend Rayanne, "sans emploi depuis quatre mois".

"Mais je ne comprends pas. Où est l'humour là ?", l'interrompt la présidente de la 17e chambre. Le jeune homme n'a pas de réponse. "J'ai rien contre les Israéliens et la religion juive", dit-il. Djamila T., 58 ans, a posté une photo d'Hitler après les mots : "Moi, quand j'ai entendu les origines de Miss Provence". Sans avocat, Djamila s'exprime en tremblant. "Savez-vous qui était Hitler ?", lui demande la présidente. La prévenue, veuve et femme de ménage à l'accent marseillais marqué, hésite avant de répondre "Je sais qu'il a fait la guerre". "C'est tout ?", demande la présidente. "Euh... Il était raciste envers les Israéliens", répond la prévenue de plus en plus troublée.

À la barre, April Benayoum dit "accepter les excuses". "Mais, ajoute-t-elle, ça a gâché une aventure exceptionnelle. Ça a touché mon entourage. J’ai du mal à dormir. Quand on me parle dans la rue, on ne me parle que de ça, pas de l’aventure Miss France". La date de la décision a été fixée au 3 novembre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Tir mortel d’Alec Baldwin : Donald Trump Jr. vend des t-shirts se moquant de l’acteur

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.