"Au nom de Marie" : la réponse du magazine "Elle" à la Une des "Inrocks" sur Cantat

"Au nom de Marie" : la réponse du magazine "Elle" à la Une des "Inrocks" sur Cantat

DirectLCI
HOMMAGE - Suite à l'ire provoquée par la Une des "Inrocks" consacrée à Bertand Cantat, le magazine "Elle" a décidé de consacrer ce mardi son édito à Marie Trintignant, morte sous les coups de ce dernier en 2003.

Pour honorer sa mémoire. Quelques jours après le tollé suscité par les Inrocks qui avait choisi de consacrer sa Une à Bertrand Cantat,  le magazine Elle a décidé mardi 17 octobre d'accorder la sienne, édito à l'appui, à Marie Trintigant, tuée sous les coups de l'ancien chanteur de Noir Désir le 1er août 2003. "On ne t'oublie pas", souligne ce texte signé par la journaliste  Dorothée Werner. " Avec cette grâce si particulière, son visage est devenu celui de toutes les femmes victimes des violences des hommes", détaille l'édito.

Ombre et lumière

Cet édito, en guise de plaidoyer envers les violences faites aux femmes insiste sur le fait que la comédienne s'est muée en "visage des 123 anonymes tuées par leur conjoint l’an dernier. Celui des 33 inconnues, qui, chaque jour, dénoncent un viol en France." "Tu es à la fois cette ombre et cette lumière, cette douleur et cet espoir qu'un jour enfin cesse cette violence tout simplement inouïe", écrit la journaliste  qui estime que le choix éditorial des Inrocks est une "médiatisation obscène".

Choquant

Un choix médiatique qui n'a pas été non plus de bon goût de Cheek magazine, qui, en dépit d'être du même groupe de presse que Les Inrocks, a lourdement critiqué leur choix. "Accorder une telle lumière au meurtrier de Marie Trintignant a quelque chose de profondément choquant pour les féministes que nous sommes, appartenant à une génération pour qui la mort de cette artiste, à l’été 2003, a bien souvent été un marqueur voire un déclic de notre engagement", peut-on lire dans un éditorial publié ce lundi intitulé " Les résidus du vieux monde"

Le 11 octobre dernier, de vives critiques avaient déferlé suite à la décision des Inrocks de portraiturer le chanteur français condamné il ya 13 ans pour le meurtre de Marie Trintignant.  

Des personnalités politiques et féministes s'en étaient insurgées comme la sénatrice de l'Oise Laurence Rossignol ou Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes qui avait appelé à "ne rien laisser passer".

Plus d'articles

Sur le même sujet