Bob Dylan recevra son prix Nobel de littérature à Stockholm ce week-end

CULTURE

HONNEUR - Il se faisait prier depuis des mois par l'Académie suédoise. Bob Dylan, prix Nobel de littérature 2016, a finalement accepté de recevoir ce week-end à Stockholm son diplôme et sa médaille, mais il ne prononcera pas le traditionnel discours de réception qu'il réserve pour plus tard.

Toujours là où on ne l'attend pas. Le chanteur américain, qui faisait la sourde oreille depuis l'annonce de son Nobel de littérature en décembre dernier, va finalement recevoir ce week-end son diplôme et sa médaille à Stockholm où il doit donner un concert - point de départ d'une tournée européenne pour la sortie de son 38ème album Triplicate -. C'est la secrétaire perpétuelle de l'Académie Sara Danius qui l'a confirmé ce mercredi sur son blog.

"Cela se fera en petit comité et dans l'intimité, aucun média ne sera autorisé ; seuls Bob Dylan et des académiciens seront présents, conformément aux souhaits du chanteur", a précisé Sara Danius. Une question restait toutefois en suspens : l'artiste livrera-t-il son discours de réception, aussi appelé "leçon Nobel", que tout lauréat doit donner dans les six mois suivant la cérémonie de remise du prix, soit avant le 10 juin ? 

Ce ne sera pas encore pour cette fois-ci. "Aucun discours Nobel ne sera prononcé", a  encore expliqué Sara Danius. "Mais l''Académie a de bonnes raisons de penser qu'une version enregistrée sera envoyée à une date ultérieure". A la clé, un joli pécule de huit millions de couronnes (soit 837.000 euros), normalement remis au lauréat quand la "leçon Nobel" a été reçue.

Lire aussi

Un personnage "impoli et arrogant"

Bob Dylan avait décliné la traditionnelle invitation à la cérémonie du 10 décembre, prétextant "d'autres engagements". Un académicien, Per Wästberg, l'avait alors qualifié de personnage "impoli et arrogant", tandis que Sara Danius continuait de le défendre. L'écrivain, acteur et journaliste Jackie Berroyer, grand fan de Dylan, en fait de même : "Les artistes qui ont du talent, sont toujours qualifiés de prétentieux, regardez Jean-Luc Godard ! Mais, au final, on les admire tellement qu'on leur pardonne tout", explique-t-il à LCI.

Le chanteur avait finalement envoyé un discours de remerciement où il confiait son étonnement de voir son nom aux côtés de ceux d'auteurs comme Rudyard Kipling, Albert Camus ou Ernest Hemingway. "Si jamais quelqu'un m'avait dit que j'avais la moindre chance de gagner le prix Nobel, j'aurais pensé que marcher sur la lune était tout aussi probable", écrivait-il dans ce texte lu par l'ambassadrice des États-Unis en Suède à l'issue du fastueux banquet de Stockholm.

Lire aussi

En vidéo

Bob Dylan bouscule le Prix Nobel de la littérature avec sa musique

"Un inspirateur de générations"

Maria Schottenius, critique littéraire de l'influent quotidien Dagens Nyheter, estime que l'académie n'a qu'à s'en prendre à elle-même. L'attribution du Nobel à un chanteur, aux dépens de grands écrivains ou poètes, "a été un mauvais calcul", a-t-elle déclaré à l'AFP. Pour autant, l'apparente indifférence de Bob Dylan n'est en aucune manière une marque de mépris. L'homme du Minnesota n'est simplement pas friand de diadèmes et de grandes orgues, selon elle.

Cinquante ans après son premier album, Bob Dylan continue donc à déclencher les passions. Mais après tout, est-il si scandaleux de décerner le Nobel de littérature à l'auteur d'un demi-millier de chansons ? "Bob Dylan n'a pas besoin de ce type de récompenses pour être déjà considéré comme un immense poète. C'est un inspirateur de générations", lance Denis Astagneau, rédacteur en chef à France-Inter. "Si Elvis a donné un corps au rock, Bob Dylan lui a donné un cerveau", affirmait en son temps Bruce Springsteen.

Lire et commenter