Britney Spears s’exprime enfin au tribunal : le début de la fin de sa mise sous tutelle ?

Britney Spears s’exprime enfin au tribunal : le début de la fin de sa mise sous tutelle ?

DÉCRYPTAGE – Sous surveillance depuis 13 ans, la chanteuse américaine sera entendue devant le juge ce mercredi 23 juin. Une audition qui pourrait contribuer à redonner les clés de sa propre vie à une pop star que ses fans rêvent de "libérer" depuis des années.

La date est notée dans leur calendrier depuis des semaines. Eux qui se rassemblent à chaque nouvelle audience armés de leurs pancartes #FreeBritney, un mouvement de fans réclamant la libération de leur idole. Après avoir laissé parler son avocat, Britney Spears reprend les choses en main et s’adressera directement devant un tribunal de Los Angeles ce mercredi 23 juin. 

Sa prise de parole, dont on ne sait pas encore si elle sera en public ou à huis-clos, sera scrutée, analysée jusqu’à la moelle. Pour peut-être mettre fin aux mesures de tutelle qui régissent ses moindres faits et gestes depuis 13 ans.

Toute l'info sur

#FreeBritney, la chanteuse Britney Spears s'oppose à sa tutelle

En vidéo

LCI PLAY - Elle se rase la tête pour soutenir Britney Spears

Britney Spears fêtera ses 40 ans à la fin de l’année mais ne peut rien faire sans autorisation préalable. Ni conduire une voiture, ni retirer de l’argent, ni voyager. La faute à un accord judiciaire qui l’a placée sous la protection de son père Jamie à l’issue de son épisode psychotique en 2007. Personne n’a oublié cette scène où la chanteuse, à bout de nerfs, a fini par se tondre la tête devant les caméras. La suite tristement logique d’un harcèlement médiatique incessant. Devant le tribunal ce mercredi, l’interprète de "Toxic" devrait dénoncer les règles très strictes de sa mise sous tutelle. Ce qu’elle fait en réalité depuis plus bien longtemps qu’on ne le croit, selon le New York Times.

Elle en a assez qu’on profite d’elle. Elle dit qu’elle est celle qui travaille et qui ramène de l’argent mais qu’elle paie pour tout le monde autour d’elle- Un rapport judiciaire de 2016

Alors que ses fans sont persuadés qu’elle envoie des appels à l’aide cachés dans ses posts Instagram, le quotidien révèle que Britney Spears a appelé à la fin de sa tutelle dès 2014. À l’époque, la pop star ne veut déjà plus de son père comme tuteur et met en avant son addiction à l’alcool pour appuyer sa requête. Deux ans plus tard, elle assure que le régime sous lequel elle vit exerce "trop de contrôle" sur elle, "beaucoup, beaucoup trop" et martèle qu’elle veut y mettre fin le plus rapidement possible. "Elle en a assez qu’on profite d’elle. Elle dit qu’elle est celle qui travaille et qui ramène de l’argent mais qu’elle paie pour tout le monde autour d’elle", note un rapport. Car c’est bien elle qui paie aussi les frais d’avocat de son père, avec qui les relations sont plus que compliquées, dans la bataille judiciaire qui les oppose.

Le New York Times rapporte qu’au printemps 2019, quelques mois après annoncé une pause indéfinie dans sa carrière, Britney Spears est venue lire une déclaration devant le tribunal. Elle affirme alors avoir été internée de force dans une clinique spécialisée dans la santé mentale. Une punition, selon elle, pour avoir défendu ses droits et avoir fait une remarque pendant une répétition. Elle assure aussi avoir été forcée de se produire alors qu’elle avait 40°C de fièvre, "l’un des moments les plus effrayants de sa vie" selon elle. 

Lire aussi

Même sous tutelle, la chanteuse a sorti trois albums, enchaîné trois tournées mondiales et une résidence à Las Vegas parmi les plus lucratives de l’histoire du Strip. Une activité professionnelle qui prouve, selon, qu’elle n’a aucun problème. Si ce n’est donc avec son père Jamie, déjà pointé du doigt par les documentaires Framing Britney Spears et La Bataille pour Britney : fans, cash et tutelle. Deux films que la principale intéressée a qualifiés d"’hypocrites" dans un rare commentaire sur sa situation personnelle. "Ils critiquent les médias et ensuite font la même chose ? Punaise, je ne sais pas vous mais je suis ravie de vous rappeler que, même si j’ai eu des moments difficiles dans ma vie, j’ai vécu bien plus de périodes incroyables. Et malheureusement mes amis, je crois que le monde est plus intéressé par le négatif", s’est-elle emportée sur Instagram. Un premier indice sur le ton de sa déclaration au tribunal ce mercredi ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés repasse au-dessus de la barre des 7000

Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 9e, le Japon en tête

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle hausse des patients hospitalisés en France

Covid-19 : face à l'explosion des cas, la Haute-Corse prend de nouvelles mesures restrictives

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.