"Buffy" : Sarah Michelle Gellar "ne veut plus jamais être associée"à Joss Whedon, accusé de harcèlement

"Buffy" : Sarah Michelle Gellar "ne veut plus jamais être associée"à Joss Whedon, accusé de harcèlement

RÉVÉLATIONS - L’interprète de la tueuse de vampires dans la série culte a apporté son soutien à son ancienne collègue Charisma Carpenter, qui a brisé le silence ce mercredi 10 février en racontant des années d’abus et "de comportements non professionnels" de la part de Joss Whedon.

Elle n’a rien dit pendant "près de 20 ans". Et s’en explique aujourd’hui dans un poignant témoignage déjà salué par les actrices Alyssa Milano et Emma Caulfield, qui travaillait à ses côtés sur Buffy contre les vampires. Charisma Carpenter, qui incarnait la peste Cordélia dans la série culte et dans son spin-off Angel, a fait le choix de prendre la parole pour dénoncer "les abus de pouvoir" de Joss Whedon sur les plateaux des deux séries qu’il a créées. 

"Il a créé des environnements de travail toxiques et hostiles depuis le début de sa carrière. Je le sais parce que j’en ai fait moi-même l’expérience en première ligne. De manière répétée", raconte l’actrice de 50 ans. "Alors qu’il s’amusait de sa mauvaise conduite, cette dernière ne faisait qu’intensifier ma peur de jouer, m’enlevait tout pouvoir et m’isolait de mes collègues. Ces incidents perturbants ont provoqué un mal physique chronique dont je souffre encore aujourd’hui", poursuit-elle.

Je soutiens tous les survivants d'abus et je suis fière qu'ils prennent la parole- Sarah Michelle Gellar

Un courage également applaudi par Sarah Michelle Gellar, la star de Buffy contre les vampires, qui s'est fendue d'un court texte sur Instagram. "Alors que je suis fière que mon nom soit associé à Buffy Summers, je ne veux plus jamais être associée à celui de Joss Whedon. Je suis actuellement plus concentrée à élever ma famille et à survivre à une pandémie donc je ne ferai pas de commentaires supplémentaires pour l'instant. Mais je soutiens tous les survivants d'abus et je suis fière qu'ils prennent la parole",  déclare-t-elle. 

Quand il a su que j'étais enceinte, il a demandé à me voir. Dans cette réunion à huis clos, il m’a demandé si 'j’allais le garder'- Charisma Carpenter

Dans un long texte posté sur ses réseaux sociaux mercredi 10 février, Charisma Carpenter détaille les brimades incessantes et les "menaces passives-agressives de licenciement". "Il était méchant et cinglant, dénigrait les gens devant tout le monde, faisait du favoritisme et montait les gens les uns contre les autres pour les inciter à se battre pour son attention et son approbation", relate-t-elle. Des attaques personnelles qui ont culminé en 2002 lors de sa grossesse, qu’elle n’a pu annoncer à la tête pensante des deux séries que tardivement. 

"Joss a intentionnellement refusé de nombreux appels de mes agents, m’empêchant de lui dire que j’étais enceinte. Quand il l’a su, il a demandé à me voir. Dans cette réunion à huis clos, il m’a demandé si 'j’allais le garder' (…). Il a commencé à attaquer mon personnage, à moquer mes croyances religieuses, à m’accuser de vouloir saboter le show et m’a ensuite virée sans ménagement lors de la saison qui a suivi mon accouchement", écrit-elle.

Elle se souvient s’être "sentie démunie et seule" à l’époque. "Je n’avais pas d’autres options, j’ai ravalé cet abus et j’ai continué. Après tout, j’avais un bébé en route et j’étais la principale source de revenus de ma famille naissante", dit-elle. Elle compare Joss Whedon à "un vampire" qui a aspiré toute la joie relative à son statut de future maman. Charisma Carpenter reconnaît aussi avoir tout fait pour "excuser le comportement de Joss Whedon et refreiner sa propre peine". "J’ai même déclaré publiquement pendant des conventions que oui, je retravaillerais avec lui. Ce n’est que récemment, après des années de thérapie et un déclic amorcé par le mouvement Time’s Up, que j’ai compris les complexités de cette pensée démoralisée (…). Notre société et notre industrie calomnient les victimes et glorifient les agresseurs pour leurs réussites", souligne-t-elle.

Tout ça n’a que trop duré et c’est nécessaire. Il est temps- Charisma Carpenter

Car si Charisma Carpenter a quelque peu disparu des radars, Joss Whedon a continué à enchaîner les projets de grande envergure. De la réalisation du premier Avengers à la création de la série The Nevers que diffusera HBO cette année, en passant par le blockbuster Justice League qu’il a repris des mains de Zack Snyder en 2017. C’est d’ailleurs un incident sur ce dernier plateau de tournage qui a incité la comédienne à sortir de son silence. En juillet dernier, l’acteur Ray Fisher accusait Joss Whedon d’avoir eu une attitude "grossière, non professionnelle et complètement inacceptable" auprès de l’équipe du film de super-héros de l’univers DC. Une enquête a été ouverte par les studios Warner, mais l’interprète du Cyborg annonçait quelques semaines plus tard avoir été évincé du film The Flash. "Son licenciement a été la goutte d’eau pour moi", indique Charisma Carpenter qui dit avoir été entendue par les enquêteurs commissionnés par Warner. 

Lire aussi

"Je suis troublée et attristée qu’en 2021, des professionnels doivent encore choisir entre être des lanceurs d’alerte au travail et la sécurité de l’emploi", regrette-elle.  Aujourd’hui mère célibataire, Charisma Carpenter "a peur". Peur de ne plus être engagée nulle part après avoir raconté "sa vérité". Mais elle assure "ne plus pouvoir rester silencieuse". Et de conclure : "Tout ça n’a que trop duré et c’est nécessaire. Il est temps".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

EN DIRECT - Covid-19 : la quarantaine obligatoire mise en place dès samedi

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

"Rouvrir les terrasses n'est pas un problème", assure Gérald Kierzek

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Lire et commenter