Violences conjugales : Camille Lellouche bouleverse avec la chanson "N’insiste pas"

Violences conjugales : Camille Lellouche bouleverse avec la chanson "N’insiste pas"

ÉMOTION – L’humoriste et chanteuse Camille Lellouche a dévoilé lundi "N’insiste pas", une chanson dédiée aux femmes victimes de violences conjugales. Une initiative saluée par de nombreux internautes et des personnalités.

Elle doit retenir ses larmes avant de commencer à chanter. Camille Lellouche est à fleur de peau dans le clip de "N’insiste pas", son nouveau titre consacré aux victimes de violences conjugales, dévoilé ce lundi à l’occasion de la Journée internationale des Droits des femmes. Après avoir remporté la Victoire de la musique de la chanson de l’année pour "Mais je t’aime", son duo avec Grand Corps Malade, l’humoriste confirme, si besoin était, qu’elle est aussi douée sur une scène que devant un micro.

"J’ai trop souffert et ta violence a fini par me briser", lance-t-elle en se mettant dans la peau d’une victime qui se rebelle contre son bourreau. "Tu m’as cassé la gueule, t’as dit que tu m’aimais, tu m’as cassé la gueule, aujourd’hui je m’en vais, je pense à ma gueule, n’insiste pas." Au lendemain de sa mise en ligne, ce piano-voix habité s’est déjà hissé à la première place des ventes sur iTunes.

Sur les réseaux sociaux, les fans de la chanteuse saluent sa performance, comme son message. "Bravo Camille, je me reconnais malheureusement mais mon calvaire est terminé. Force à ceux qui vivent cette situation", écrit une jeune femme sur YouTube. "L’essence d’un artiste, c'est d’être capable de faire vivre des émotions à ceux qui l’écoutent... Camille en maîtrise l’art, c’est ce qui fait d’elle une grande artiste dont on se souviendra longtemps", souligne un autre internaute.

Lire aussi

Sur Instagram, Camille Lellouche a reçu les félicitations de personnalités diverses comme l'animateur Nikos Aliagas, qui avait croisé sa route lors de sa participation à "The Voice" sur TF1, en 2016, les comédiens Audrey Lamy et Alban Ivanov, l'humoriste Jarry, la chanteuse Marianne James ou encore la romancière Géraldine Dalban-Moreynas.  

"Cette chanson, c'est pour ces femmes qui n'arrivent pas à partir ou qui y arrivent tard", a expliqué lundi la chanteuse sur Europe 1. "Une rupture 'normale', c'est déjà très violent (…) Mais quand tu es une femme battue, non seulement tu es folle de la personne qui te bat, puisque c'est son but. Mais en plus tu te demandes ce qui va t'arriver si tu pars."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter