Chris Pratt : "Jurassic World est presque un nouvel Indiana Jones"

CULTURE
DirectLCI
ACTION HERO – Star-Lord dans "Les Gardiens de la galaxie", l’acteur américain s’attaque à une autre franchise en jouant le héros cool et badass de "Jurassic World", quatrième opus de la saga. Rencontre avec l’homme qui dressait des vélociraptors !

Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez vu Jurassic Park ?
J’avais 13 ans. C’était le premier film événement de ma vie. A l’époque, j’aimais déjà Spielberg, Les Goonies, E.T. et Indiana Jones et, comme tous les gamins, j’étais fasciné par les dinosaures. J’étais hyper impressionnable et je me souviens d’y avoir vraiment cru !

Qu’avez-vous ressenti quand on vous a proposé ce rôle vingt-deux ans plus tard ?
J’étais un peu nerveux car Hollywood a tendance à faire des remakes et des suites à toutes les sauces. Je voulais m’assurer que le scénario serait à la hauteur de cette saga, culte pour toute une génération. Mais cette nouvelle histoire ne décevra pas les fans. Le film joue d’ailleurs avec le scepticisme que pouvaient avoir certains à l’égard de cette suite, à travers des clins d’œil très drôles au Jurassic original.

En quoi ce film est-il différent des autres ?
Le contexte a changé. Nous n’avons plus le même rapport à la science : nous sommes difficilement impressionnés par les nouvelles découvertes. Il y a vingt-deux ans, les dinosaures bluffaient les héros du film comme les spectateurs. Aujourd’hui, avec les effets spéciaux, nous y sommes habitués comme le sont les personnages du long métrage, qui vont voir les dinosaures comme ils vont au zoo. Il fallait donc aller plus loin, créer des monstres encore plus flippants, pour répondre aux attentes de tout le monde.

A LIRE AUSSI >> 5 choses que vous ne saviez pas sur Chris Pratt

Et ça fait quoi d’être coursé par des dinosaures ?
Faire un film n’est jamais aussi fun que de le regarder. C’est un travail de longue haleine, surtout lorsqu’il y a autant d’effets spéciaux. Et en ce qui me concerne, je me souviens surtout d’avoir piqué de nombreux sprints. Pour le reste, le défi était de faire croire qu’un homme puisse avoir un rapport privilégié avec un dinosaure. Si les gens ne croient pas à ma capacité à dresser des vélociraptors, c’est tout le film qui est fichu.

Vous avez rencontré Steven Spielberg, qui produit le film ?
Bien sûr et j’étais très impressionné. Je l’ai admiré toute ma vie. Quand j’étais gamin, j’étais accro à Indiana Jones et le temple maudit : c’était fun, irrévérencieux et je m’identifiais totalement à Demi-Lune, le gamin du film.

EN SAVOIR +
>> 
Omar Sy était "comme un enfant de 5 ans" sur le tournage
>> 4 bonnes raisons d'aller voir "Jurassic World"

Des rumeurs vous disent justement en lice pour être le prochain Indiana Jones ?
Je l’ai lu partout mais personne ne m’a encore approché. Et puis, Jurassic World est presque un nouvel Indiana Jones, avec son mélange de romance, d’humour, d’aventure et de frissons.

Plus besoin d’être Indy alors ?
Il ne faut jamais dire jamais.

Et la suite des Gardiens de la galaxie ?
C’est pour février. Actuellement, je tourne le remake des Sept Mercenaires, avec Denzel Washington et Ethan Hawke. Le film, réalisé par Antoine Fuqua, emprunte autant au western original de John Sturges qu’aux Sept Samouraïs de Kurosawa.

A VOIR AUSSI >> La bande-annonce de Jurassic World

Lire et commenter