Mon journal de Cannes, Épisode 2 : chanson d’amour et cri de colère

Mon journal de Cannes, Épisode 2 : chanson d’amour et cri de colère

BILLET D'HUMEUR – Du 6 au 17 juillet, je vous raconte depuis la Croisette la 74e édition du Festival de Cannes de l'intérieur, entre coups de cœur et coups de griffes.

Allez j’avoue, je n’avais jamais accroché jusqu’ici au cinéma de Leos Carax, au risque de me brouiller avec des copains cinéphiles. Les Amants du Pont Neuf ? "Un grand film malade !", me disait certains. Pola X ? "Un chef-d’œuvre incompris", m’assuraient d’autres. Excédé par le précédent, Holy Motors, trop abstrait, trop poseur, peu importe, je m’étais promis qu’on ne m’y reprendrait pas. 

Et puis Annette est arrivé. J’ai tout aimé de cette comédie musicale inventive, généreuse, baroque et funeste. Adam Driver est extraordinaire en star du stand up, rongé par ses pulsions destructrices, un peu comme si son personnage de Kylo Ren dans Star Wars se retrouvait piégé dans La La Land. Les chansons des Sparks m’ont trotté dans la tête pendant toute la journée, tandis que j’écrivais sur le film et que j’assistais à la conférence de presse du jury. 

Toute l'info sur

Le Festival de Cannes de retour après un an de pandémie

En vidéo

VIDÉO LCI PLAY - Mylène Farmer à Cannes mais pourquoi ?

Cet exercice convenu, où Spike Lee a salué la mémoire de "King" George Floyd et déclaré que la planète était "gouvernée par des gangsters", a surtout été marqué par l’intervention inattendue d’une jeune journaliste et activiste géorgienne. Face au président et ses jurés, elle a dénoncé l’agression par des militants d’extrême-droite d'une cinquantaine de journalistes de radio et de télévision qui s’apprêtaient à couvrir la Marche des Fiertés, ce lundi à Tbilissi. 

Sur le moment, je me suis dit que cette consœur s’était peut-être trompée de tribune, quand bien même les membres du jury lui ont apporté leur soutien poli. Avouons-le : il y a peu de chances que vous ayez entendu parler de cette jeune femme ce matin dans la presse, et je ne jette la pierre à personne.

Lire aussi

Reste que ce happening courageux prouve que le Festival de Cannes ne peut pas se résumer à la caricature de rendez-vous pour bobos drogués au champagne qu’on lui taille année après année depuis Paris. Pour cette jeune femme, comme pour plein d’autres, c’est une fenêtre ouverte sur le monde, l’occasion unique de défendre leur travail et leurs combats, souvent les deux à fois. 

Et c’est tout l’honneur de cette quinzaine où l’on passe d’une émotion extrême à l’autre, d’une chanson des Sparks fredonnée par Marion Cotillard au cri du cœur d’une anonyme qui a fait des milliers de kilomètres pour exprimer sa révolte. Et ce n’était que le premier jour…

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

Manifestations contre le pass sanitaire samedi dans toute la France: à quoi s'attendre?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas et 26 décès enregistrés en 24h

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.