"L’Événement" d’Audrey Diwan, notre critique : un drame puissant et nécessaire, Lion d’Or à Venise

"L’Événement" d’Audrey Diwan, notre critique : un drame puissant et nécessaire, Lion d’Or à Venise

ON ADORE – En salles ce mercredi, L’Événement d’Audrey Diwan raconte le combat d’une étudiante pour avorter dans la France cadenassée des années 1960. Cette adaptation magistrale du roman d’Annie Ernaux révèle l’immense talent de la comédienne Anamaria Vartolomei.

Comment faire d’un drame intime un manifeste universel ? En publiant L’Événement en 2000, Annie Ernaux racontait une période, croyait-elle révolue. 21 ans plus tard, l’adaptation du roman par Audrey Diwan intervient au moment où le droit des femmes à disposer de leur corps est menacé partout dans le monde. Ce triste timing donne une dimension supplémentaire à la sortie du film ce mercredi. Mais il ne saurait résumer, heureusement, le travail admirable de cette cinéaste franco-libanaise de 41 ans, récompensée en septembre dernier par le Lion d’or de la Mostra de Venise.

Un suspense physique et psychologique

Nous sommes en 1963 et Anne, une brillante étudiante en lettres, découvre sa grossesse lors d’une visite médicale de routine. Sans le savoir, le spectateur vient d’entrer avec elle dans un terrible engrenage. Car non seulement l’avortement est interdit par la loi. Mais le simple fait d’en parler menace le statut social de cette jeune femme issue d’un milieu modeste. Dès lors, Audrey Diwan orchestre un terrible suspense, rythmé par les semaines de grosses qui s’égrènent, et dont la mise en scène méticuleuse transmet la dimension aussi bien physique que psychologique. Un geste, un regard, un mot qu’on retient… Tout compte, tout sera décisif.

Si L’Evénement impressionne, c’est aussi par sa capacité à se jouer de tous les clichés du film d’époque pour porter un regard inédit sur la condition des femmes dans la France d’après-guerre. Sous le vernis apparent des jolis costumes et des belles coiffures, derrière les sourires de façade et les chansons qui swinguent, Audrey Diwan raconte une société patriarcale où la capacité des femmes comme Anne à maitriser leur destin effrayait, qu’elles refusent la maternité, aspirent à un métier créatif ou cherchent juste à prendre du plaisir. C’était il y a un demi-siècle et des poussières et ce n’est hélas pas un film d’horreur.

Lire aussi

Pour incarner cette héroïne intemporelle, la réalisatrice a fait un appel à Anamaria Vartolomei, un visage encore neuf dans le cinéma français, même si elle a débuté à l’âge de 10 ans dans My Little Princess aux côtés d’Isabelle Huppert. Sa performance est la clé de voute d’un projet qui nécessitait une présence, une force de jeu, une conviction hors du commun. Elle coche toutes les cases et bien plus. Dans la liste des pré-sélectionnées au César de la révélation féminine, dévoilée il y a quelques jours, elle mériterait d’être nommée pour le César de la meilleure actrice tout court. Et de l’emporter, bien sûr.

>> L'Événement de Audrey Diwan. Avec Anamaria Vartolomei, Kacey Mottet Klein, Pio Marmaï. 1h40. En salle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Omicron : 12 cas d'infection désormais détectés en France, 38 pays concernés par le nouveau variant

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccination : le gouvernement réactive le numéro "coupe-file" pour les personnes âgées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.