Adam Driver ("House of Gucci") : "Lady Gaga est la meilleure partenaire possible"

Adam Driver ("House of Gucci") : "Lady Gaga est la meilleure partenaire possible"

INTERVIEW – Après le puissant "Le dernier duel" sorti en octobre, l’acteur américain retrouve Ridley Scott pour l’un des films événements de cette fin d’année. Il se glisse dans le costume de Maurizio Gucci, l’héritier de l’empire familial qui se fera assassiner sur ordre de son ex-femme Patrizia, incarnée par la pop star Lady Gaga. Rencontre.

Ne lui demandez pas ce qu'il a pensé de son film. Vous perdriez un temps précieux sur les cinq petites minutes imparties à chaque média. C'est simple, Adam Driver n'aime pas se voir à l'écran et évite soigneusement toutes les projections. Il était pourtant partout au cinéma cette année. Le public a découvert ses talents de chanteur dans Annette de Leos Carax avant d'adorer le détester dans Le dernier duel de Ridley Scott sorti en octobre. 

Ce mercredi 24 novembre scellera ses retrouvailles avec le réalisateur britannique qui a fait appel à lui pour House of Gucci, son thriller familial au casting cinq étoiles mêlant luxe, glamour et meurtre inspirée d'une histoire vraie. L'acteur américain prête ses traits à Maurizio Gucci, abattu en 1995 à l'âge de 46 ans par un tueur à gage engagé par son ex-femme Patrizia. Au lendemain de l'avant-première londonienne de House of Gucci, c'est un Adam Driver très posé qui a répondu à nos questions par Zoom.

Toute l'info sur

House of Gucci : au cinéma le 24 novembre

Seriez-vous d’accord si je disais que House of Gucci est moins une histoire de crime que l’histoire d’une femme qui tente de se faire un nom dans un monde d’hommes ?

Vous pouvez le dire. Moi, je ne sais pas, je n'ai pas vu le film. Mais je suis sûr que c'est une interprétation, bien sûr. J'essaie de ne pas trop m'impliquer dans ce que racontent les films, dans ce qu'ils signifient ou non. Ce n'est pas quelque chose que je peux jouer quand on fait une scène. Donc ce qu'ils peuvent apporter en plus à mon esprit ensuite, ce n'est pas ma responsabilité. C'est celle de Ridley. Enfin, pas vraiment en fait. Nous sommes tous différents. Nous ne vivons pas dans la salle de cinéma. Nous avons des expériences à l'extérieur et nous les apportons au cinéma ou partout où on regarde les films. Donc c’est difficile. Je ne veux pas dire à quelqu'un ce qu’un film est ou non, parce que c'est différent pour nous tous.

Maurizio a du mal à s’approprier son nom et son identité en tant que Gucci. J’ai l’impression que c’est quelque chose qu’il partage avec d’anciens personnages que vous avez joués, qui luttent aussi pour s’approprier qui ils sont. D’Adam dans Girls à Kylo Ren dans Star Wars, même Charlie dans Marriage Story ou Zimmerman dans BlackKklansman. Est-ce que ce conflit interne, cette question de l’identité est déterminante quand vous choisissez un rôle ?

Non, mais c'est un point intéressant. On peut s’y identifier. Je n'ai jamais fait ce lien. J'entends ce que vous dites, mais ce n'est pas quelque chose de conscient. Je ne me dis pas que je vais partir en tête de personnages qui ont un complexe identitaire. Mais je m'intéressais vraiment à Ridley. On venait de travailler ensemble sur Le dernier duel et il m'a envoyé ce truc. Et ça semblait être un personnage qui, vous avez raison, est un peu en train de se battre contre sa génétique, ce que je trouve intéressant. C’est quelqu'un qui est très conscient de son éducation. J'ai l'impression qu’on se retrouve tous dans cette idée.  Les erreurs que j'ai commises sont-elles prédéterminées par la biologie ou est-ce que j'ai le contrôle sur mes propres choix ? J'ai l'impression que ce n'est jamais vraiment une seule chose. Mais c'est certainement un thème dans ce film.

En vidéo

LCI PLAY - "House of Gucci" : le film événement avec Lady Gaga et Adam Driver

Ridley Scott adore la spontanéité. Il aime aussi l'improvisation, il aime être surpris- Adam Driver

La première fois que Maurizio rencontre Patrizia, il est soufflé par la beauté de ce sosie d’Elizabeth Taylor. Vous souvenez-vous de votre réaction lors la première scène que vous avez tournée avec Lady Gaga ? 

Je ne me souviens pas de la première scène que nous avons tournée. Mais je peux vous dire que c’est une partenaire facile dans la mesure où elle est très préparée. C’est une artiste qui fait de la scène donc elle a une bonne maîtrise de son corps. C'est vraiment facile de travailler avec elle. C'est la meilleure partenaire possible. Quelqu’un qui est très préparé mais qui est prêt à aller partout où se trouvera la meilleure idée à un instant T. Mais quelle était la première partie de votre question ? 

Si vous vous souveniez de votre réaction…

Oui, c'est vrai. Je ne me souvenais pas de cette question, mais je ne me souviens pas non plus du premier jour. J'ai un problème de mémoire. C'est probablement le thème (il rit). J'ai joué le même personnage encore et encore et j'oublie (il rit encore), donc je continue de penser que chaque personnage a un problème d'identité.  

Peut-être que vous vous souvenez de la manière si particulière dont Ridley Scott réalise ses films…

Ah oui, Ridley Scott a réalisé ce film ? (il rit de plus belle)

Ridley Scott utilise 4 à 8 caméras et ne tourne que deux à trois prises, grand maximum. Votre expérience avec lui sur Le dernier duel vous a-t-elle aidé sur le tournage de House of Gucci ?

Oui, j'ai toujours l'impression que décoder un film c’est décoder le réalisateur. Avec Le dernier duel, on m’avait préparé en me disant que ça ne nécessiterait pas beaucoup de prises et c'est vrai. Mais Ridley est toujours prêt à en faire plus si vous voulez. Vous savez qu'il en fera autant que vous voulez. Mais il structure le tout pour que ce soit rapide parce qu'il adore la spontanéité. Il aime aussi l'improvisation, il aime être surpris. Mais parce qu'il fait ça, il vous donne une confiance incroyable en tant qu'acteur. Lui aussi est incroyablement préparé. Chaque scène est story-boardée. Il l'a dessinée lui-même. Mais parce qu'il fait confiance à ses acteurs, si vous avez une impulsion différente, il va juste basculer tout autour. Il fait ça depuis si longtemps qu'il ne se perd pas dans la minutie. Rien ne se met en travers de l'élan sur le plateau. Pour lui, l'élan c’est la clé. Ses films sont magnifiquement cadrés, mais il ne veut pas qu'ils ne se soient pas vivants. Il est très fidèle à cette discipline, que j'adore. C'est le contraire de la façon dont j'aime tourner. J'apprécie le fait qu’on prenne le temps de se mettre dans le rythme et qu’on sache ce qu’on fait. J’apprécie d’avoir plusieurs chances pour ne pas regretter de ne pas être allé assez loin en rentrant à l’hôtel ou chez moi le soir. Mais ce n'est pas une bonne ou une mauvaise façon de faire. C'est juste une façon différente de celle avec laquelle je me sens à l'aise. C'est génial d'être acteur, vous pouvez varier votre manière de travailler. 

En vidéo

House of Gucci : la bande-annonce

Lire aussi

>> House of Gucci de Ridley Scott - avec Lady Gaga, Adam Driver, Al Pacino, Jeremy Irons, Jared Leto, Salma Hayek et Camille Cottin - dès le 24 novembre au cinéma

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : Israël ferme ses frontières aux ressortissants étrangers

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.