Jennifer Hudson : "On ne peut que penser à Aretha Franklin en pensant au mot respect"

Jennifer Hudson : "On ne peut que penser à Aretha Franklin en pensant au mot respect"

INTERVIEW - L’actrice américaine oscarisée pour "Dreamgirls" incarne la légende de la soul dans "Respect", un biopic poignant qui ne cache rien des failles de son idole. Une interprétation à vous hérisser le poil, d’autant qu’elle chante elle-même les plus grands tubes de la diva.

Personne ne pourra dire que les producteurs se sont trompés en faisant appel à elle. Car c’est Aretha Franklin elle-même qui l’a choisie pour refaire le film de sa vie. Jennifer Hudson se glisse avec une facilité déconcertante dans la peau de la légende de la soul décédée en 2018 pour Respect, un biopic dont Hollywood a le secret. Une touche d’émotion, une pincée de drame et une interprétation de haute volée.

Si le film de Liesl Tommy est long (2h25 tout de même), c’est qu’il tente de raconter sans rien oublier la naissance d’une icône de la musique mondiale dont la route vers le succès a été semée d’embûches. 

De la chorale de l’église de son père à Détroit à la mythique salle parisienne de l’Olympia, Respect raconte aussi comment son nés les plus grands tubes d’Aretha Franklin et combien ils sont liés à sa vie personnelle. Comme cette reprise d’Otis Redding qui donne son titre au film, devenu un hymne universel auquel Jennifer Hudson prête toute la puissance de sa voix. LCI lui a passé un coup de Zoom au milieu de l’été.

Aretha m'a dit de faire confiance à ma propre voix et de l’embrasser- Jennifer Hudson

Qu’est-ce qui fait d’Aretha Franklin l’icône que nous connaissons ?

Oh, tellement de choses. Et j'ai l'impression que le film le reflète encore plus. Le fait qu’elle mette sa vérité dans sa musique, qu’elle soit suffisamment audacieuse pour être qui elle était dans le monde dans lequel elle a grandi. Je trouve ça tellement honorable et on peut tellement se reconnaître en elle. Je pense que c'est pour ça qu'elle est intemporelle et a tant résonné en nous. Beaucoup d'entre nous qui n’étaient pas nés à ce moment-là ne la connaissent qu'à travers sa musique et l'aiment pour ça. Mais quand on voit le film et quand on sait quel était le coût de tout ce qu'elle représentait à l’époque, on ne peut que l’aimer et la respecter davantage.

Vous avez eu la chance de la connaître. Y a-t-il un conseil en particulier qu’elle vous a transmis et qui ne vous a pas lâchée pendant tout le tournage du film ?

(Elle réfléchit) Elle m’a dit de garder mes racines et ma base dans ma foi, mais aussi de faire confiance à ma propre voix et de l’embrasser. C’était essentiel pour elle et je le comprends mieux après avoir fait le film parce que ça faisait partie de son parcours. C’est quelque chose qu’elle avait besoin de faire. C’est pour ça qu’elle a toujours insisté pour m’encourager à faire de même.

Il est important de souligner que le film s'appelle Respect et non pas Aretha. Pourquoi ce mot respect est-il autant indissociable d’elle ?

Je pense qu’elle en est devenue l'icône. Je ne peux m'empêcher de penser à la chanson. À une époque comme celle-là, qu’une femme s’empare d’une chanson comme "Respect" qui était celle d'un homme (Otis Redding, ndlr)… Pour nous aujourd’hui, ce n'est rien ! Mais quand on sait à quoi ressemblait la vie des femmes à ce moment-là, le fait qu’elle soit si brave et courageuse, qu’elle s’approprie ce morceau et en ait fait un hymne pas seulement pour elle mais pour les autres aussi… On est dans l’action. Vous ne pouvez que respecter ça et penser à elle quand vous pensez au mot "respect".

Le film s’ouvre sur une jeune Aretha Franklin âgée de 10 ans seulement. Qu'est-ce que la jeune Jennifer, qui a grandi avec la musique de la diva soul, aurait pensé du fait que vous l’incarniez au cinéma ?

Je voudrais d'abord dire que la jeune Aretha, Skye Dakota Turner, est incroyable et je veux qu'elle me joue un jour, ok ? Ce film m’a contrainte à revenir en arrière et regarder des photos de moi plus jeune. Pourquoi est-ce que je fais ce que je fais ? Je ne sais pas. Mais ça m'a poussée à réfléchir. Parce que qui aurait su que cette petite fille serait assise ici aujourd'hui à faire ça ? Je pense que je cherchais des signes parce que quelque chose à cette époque m'a façonnée pour ce qu’on vit maintenant. Je ne peux pas m’empêcher de repenser à ces moments.

Et qu'avez-vous trouvé en regardant ces vieilles photos ?

J'essaie toujours de le comprendre, pour être honnête (elle rit). Je me suis littéralement assise et je les ai regardées en disant "Wow. Je ne sais pas". Je ne sais pas ce que je cherche, mais je cherche.

Lire aussi

>> Respect - avec Jennifer Hudson, Marlon Wayans et Forest Whitaker, au cinéma le 8 septembre

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Interview d’Eric Zemmour sur LCI : retrouvez nos vérifications

Elections en Allemagne : qui est Olaf Scholz, qui pourrait succéder à Angela Merkel ?

Grippe, gastro, angine et rhume de retour : bonne ou mauvaise nouvelle sur le front du Covid ?

Éric Zemmour est l'invité de Ruth Elkrief sur LCI ce lundi 27 septembre à 20h35

Emmanuel Macron l'inaugure ce lundi : à quoi sert la nouvelle académie de l'OMS, dirigée par Agnès Buzyn ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.