Charlotte Gainsbourg : "Avant de faire un film, j’attends le coup de foudre !"

Charlotte Gainsbourg : "Avant de faire un film, j’attends le coup de foudre !"

INTERVIEW – Dans "Suzanna Andler" de Benoît Jacquot, en salles ce mercredi, Charlotte Gainsbourg incarne un personnage né de l’imagination de Marguerite Duras, à la fin des années 1960. Une épouse désemparée que la comédienne s’est appropriée sous la direction du réalisateur Benoît Jacquot.

C’est l’histoire d’une épouse en pleine crise existentielle, confinée dans une splendide villa de la Côte d’Azur où son amant vient la rejoindre, pour la convaincre de quitter enfin son mari. Huis clos mélancolique, Suzanna Andler était une pièce de théâtre, écrite en 1968 par Marguerite Duras. Le réalisateur Benoît Jacquot, qui fut l’assistant de la romancière, a longtemps rêvé d’en livrer son adaptation sur grand écran. Elle voit le jour aujourd’hui avec une Charlotte Gainsbourg aussi captivante qu’imprévisible…  

Vous avez une filmographie plutôt éclectique. Qu’est-ce qui vous a attiré dans un projet comme Suzanna Andler ?  

Je crois beaucoup aux circonstances. Les choses se présentent à un moment donné et moi j’aime bien le hasard. Je trouve que ça tombe souvent bien ! Après, je ne dis pas oui facilement. Et en même temps, je suis très en demande. Donc j’attends les coups de foudre. Et c’est rare d’avoir des coups de foudre. Vous le voyez, je ne suis pas à enchainer film sur film. J’ai besoin d’avoir envie d’un projet dans son entier. Le metteur en scène, les autres acteurs, le scénario, évidemment le personnage. Mais c’est compliqué que tout coïncide. Et c’était le cas avec Suzanna Andler

Comment décririez-vous cette femme ? 

Le film est très ancré dans son époque. C’est une bourgeoise des années 1960, qui débarque sur la Riviera française et qui a un amant pour la première fois. On comprend qu’elle a un mari, qui la trompe depuis des années. Donc c’est une femme très paumée et on la prend au moment où elle partagée entre son mari, son amant, ses enfants. Cette vie bourgeoise. Elle est en période de questionnement, de doute. C’est une femme qui va mal, mais avec un côté enfantin. Elle est curieuse, assez insaisissable et comme c’est un texte de Duras, il y a une mélodie très particulière que je me suis appropriée. J’étais intimidée au début. Par Duras, par Benoît Jacquot aussi parce qu’il avait une relation particulière avec elle.  

Lorsqu’on a travaillé avec certains réalisateurs comme Lars Von Trier, pour n’en citer qu’un, est-encore intimidé sur un plateau de cinéma ?  

Dans ce cas précis, j’avais peur que Benoît, après tout ce temps, se soit fait une idée du personnage et que je ne sois pas à la hauteur de ce qu’il attendait. Après, je n’ai pas l’impression de prendre des risques en faisant des films. Mais j’aime bien me surprendre, avoir des projets qui changent les uns des autres. C’est surtout ça. Je ne veux pas me lasser.

Le théâtre, je me suis lassée très vite. En fait je crois que j’aime les tournages, quand ça bouge de lieu, quand ça va vite !- Charlotte Gainsbourg

Avant d’être un film, Suzanna Andler était une pièce de théâtre, un univers que vous avez peu fréquenté puisque vous n’avez joué qu’une seule fois sur scène… Comment l’expliquez-vous ?  

Je crois que ça ne m’a jamais vraiment attiré. Je n’ai pas fait d’école d’acteur, donc je n’ai pas eu une culture du théâtre. À vrai dire, je n’y vais pas beaucoup non plus. En fait, c'est toujours quelque chose qui m’a fait peur. Le côté théâtre classique, c’est pas mon truc ! Je l’ai fait une fois, c’était en 1994 dans Oleanna, une pièce de David Mamet. C’était moderne, j’aimais beaucoup le langage. Et j’ai eu la chance de le faire avec Maurice Bénichou. En répétitions, c’est comme si je prenais un cours de théâtre. On faisait des exercices, c’était génial. Et puis au moment des représentations, je crois que j’étais trop jeune, je me suis lassée très vite. En fait, je crois que j’aime les tournages, quand ça bouge de lieu, quand ça va vite. Peut-être que j’y viendrais au théâtre… En plus j’ai tellement peur de la mémoire ! Déjà toute jeune, j’avais peur de perdre mes mots, je me faisais des pense-bêtes, j’écrivais sur mes bras. C’était un stress permanent.

J’ai commencé à chanter à 12 ans, mais je n’étais pas chanteuse pour autant, et je ne le suis pas forcément aujourd’hui non plus- Charlotte Gainsbourg

Un plateau de cinéma, c’est comme une deuxième maison pour vous ?  

Les premiers temps, c’était comme une deuxième famille. Je faisais ça pendant mes vacances scolaires, c’était festif pour moi. Ce que j’aimais, c’était plus les équipes que les films en eux-mêmes. Curieusement la timidité est venue plus tard, et il m’a fallu du temps pour la surmonter. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus facile et je retrouve le plaisir d’être sur un plateau, parmi les gens. Je trouve que les tournages sont bienveillants. 

L’avenir du cinéma vous inquiète après la période qu’on vient de traverser ?  

Oui quand je vois la consommation des jeunes, en particulier les séries, le fait qu’il y en a partout… Moi, je ne sais plus quoi regarder ! Si on ne m’en a pas parlé, s’il n’y a pas un ami qui me conseille quelque chose, je trouve qu’il y a trop de fictions. Je préfère les documentaires. Et le cinéma, je ne sais pas très bien la place qu’il va avoir dans tout ça. En même temps je trouve encore qu’être dans une salle de cinéma, c’est très particulier. Et j’ose espérer que ça ne se perde pas.

Lire aussi

Depuis plusieurs années, vous menez une double carrière de chanteuse. Avez-vous profité des confinements pour écrire ? Est-ce que la période vous a stimulé ? 

Stimulée, je ne suis pas sûre. Mais dans mon isolement initial, d’abord à New York, j’ai pas mal écrit. Puis lors du deuxième confinement, cette fois à Paris, j’ai repris pas mal de choses qui existaient.  

Retrouver le public des concerts, ça vous manque ? 

Non, parce que ce n’était pas quelque chose que je faisais encore régulièrement, naturellement. J’y ai pris beaucoup de plaisir. Mais ce n’est pas comme si j’avais un public fidèle que je retrouvais tous les deux ans. Je ne fonctionne pas encore comme ça, j’espère un de ces quatre ! Mais pas pour le moment… 

Vous en parlez comme si vous étiez une chanteuse débutante… 

C’est surtout la scène que j’ai commencée vachement tard. Ce n’était pas du tout une évidence et je me la suis appropriée il y a peu. Ça ne coïncide pas du tout avec mes années de métier. Le truc, c’est que j’ai commencé à chanter à 12 ans, mais je n’étais pas chanteuse pour autant. Je ne le suis pas forcément aujourd’hui non plus ! (Rires). 

Vous aimez le cinéma ? Alors découvrez notre podcast "Le cinéma c'est la vie en mieux !"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

Sur APPLE PODCAST 

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY

"Le cinéma, c’est la vie en mieux", c'est le podcast qui va vous donner envie de retourner au ciné. Dans chaque épisode, Jérôme Vermelin part à la rencontre des acteurs, des réalisateurs, des producteurs et de tous ceux qui font l’actualité du Septième art. Ils partagent avec lui leur passion du métier. Les films qui leur ont donné envie de sauter le pas. Et leurs petits secrets de tournage...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Même infraction, même sanction" : après la gifle d'Emmanuel Macron, les policiers montent au créneau

Variant Delta : "épée de Damoclès" au-dessus de l’embellie sanitaire en France

Un prix Pulitzer spécial pour Darnella Frazier, qui avait filmé le meurtre de George Floyd

Covid-19 : les contaminations repartent à la hausse au Royaume-Uni, la faute au vaccin AstraZeneca ?

EN DIRECT - Covid-19 : un cluster de variant Delta à Strasbourg, l'ARS déclenche un "plan d'actions immédiat"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.