Culture à l'arrêt : Benjamin Biolay se dit prêt à débattre avec Roselyne Bachelot

Benjamin Biolay est dépité par les mesures du gouvernement à l'égard de la culture.

DIALOGUE - Alors que les Victoires de la musique se tiennent ce vendredi, le chanteur a déclaré qu'il aimerait débattre avec la ministre de la Culture du sort réservé aux artistes depuis le début de la pandémie.

Il est ouvert au dialogue. Benjamin Biolay s'est dit prêt à débattre avec Roselyne Bachelot sur le sort réservée aux artistes depuis le début de la pandémie. "Je suis tout particulièrement favorable à un débat avec madame Bachelot, puisque c'est la ministre de la Culture", a-t-il déclaré ce matin sur Europe 1. "Alors, oui, une antenne un peu ouverte, où l'on puisse se parler. Comme si on travaillait, comme une réunion technique mais médiatisée. Ce serait bien."

Ses propos interviennent alors que l'édition 2021 des Victoires de la musique se déroule ce vendredi soir dans un contexte très particulier. Comme nombreux artistes qui n'ont pas hésité à exprimer leur mécontentement tout au long de l'année, Benjamin Biolay se désole de la mise entre parenthèses, depuis pratiquement un an, du spectacle vivant. "J'imagine qu'il y aura des messages pour le gouvernement. Vous savez, ça fait partie d'un grand happening télévisuel dont je ne suis pas forcément friand", a confié le chanteur qui fait figure de grand favori avec trois nominations (album de l'année, artiste masculin et de chanson de l'année pour Comment est ta peine). 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement
Je trouve que notre ministre de tutelle est un peu absente, sauf pour nous rabrouer quand on dit des bêtises- Benjamin Biolay

Il a également avoué qu'il n'avait pas apprécié la réponse de Roselyne Bachelot au comédien Pierre Niney qui avait poussé un coup de gueule contre la fermeture des musées et des cinémas en France. "100 jours sans aucun musée, mais avec tous les lieux de cultes. 100 jours sans aucun cinéma, mais avec tous les grands magasins. 100 jours sans aucun théâtre, mais avec tous les avions où l’on mange en même temps. 100 jours d’incompréhension", avait balancé le comédien sur Twitter le 7 février, tout en interpellant Roselyne Bachelot et Emmanuel Macron. 

"Il y a peut-être un chiffre qui manque dans l'interpellation que me fait Pierre Niney : 80.000 morts par le coronavirus, des centaines de milliers de personnes avec des séquelles extrêmement dures, ces personnes qui ne retrouveront jamais une vie normale", avait rétorqué la ministre. 

Lire aussi

"Je trouve que notre ministre de tutelle est un peu absente, sauf pour nous rabrouer quand on dit des bêtises", réagit Benjamin Biolay. "Je reste un peu interdit, encore un peu stupéfait de tout ce qui se passe et de la façon dont les acteurs du monde culturel ont été traités dans leur grande majorité. Les adjectifs comme 'essentiels', 'substituables' sont des choses qui ne me plaisent pas beaucoup", conclut-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Déplacement, écoles, vaccination, couvre-feu... ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

Minute par minute, comment suivre le décollage de Thomas Pesquet à bord de SpaceX

"On sera à 600 morts par jour d'ici quelques semaines" : le cri d'alerte du Pr Jean-François Timsit

Deux jeunes retrouvés morts après être partis en randonnée au Piton de la Fournaise

Qui pourra rouvrir en mai ? Les certitudes et les inconnues du calendrier du déconfinement

Lire et commenter