Daft Punk : comment le duo parisien a fini par faire danser la planète

Daft Punk : comment le duo parisien a fini par faire danser la planète

ONE MORE TIME – Du lycée Carnot aux Grammy Awards, le tandem casqué a révolutionné la musique électronique en faisant se mêler les genres. Un son novateur qui manquera à des fans déjà désemparés par leur séparation.

"Conceptuel, simple, cinématique et intemporel". On ne trouvera pas mieux que ces quatre mots choisis par Billboard pour décrire le style Daft Punk. Après 28 ans d’expérimentation musicale, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ont décidé de remiser définitivement au placard les casques derrière lesquels ils se cachaient. 

Un choc pour ceux qui attendaient un nouvel album et pour une industrie qui voit s’éteindre avec eux le son le plus novateur de ces dernières décennies. De sa rencontre au lycée Carnot de Paris en 1987 à sa razzia historique aux Grammy Awards en 2014, le duo le plus prolifique de l’électro français a marqué de son empreinte la célèbre French touch qu’il a contribué à façonner.

Toute l'info sur

Daft Punk, c'est fini

Les réseaux sociaux étaient remplis de "merci" de DJ célèbres ou anonymes, saluant l’influence de ceux qui ont redynamisé la musique électronique en mêlant les genres. Disco, funk, house, rock, pop… Les étiquettes ne sont pas pour eux. Le duo prône l’innovation et la liberté d’expérimenter sans suivre aucune règle fixe. "Depuis le début, on ne prend jamais en compte les avis extérieurs. On crée notre petit monde artisanalement", expliquaient les Daft Punk aux Inrocks en 2013. 

Samplé par Kanye West, adoubé par Pharrell Williams

Le groupe se réinvente à chaque album, allant jusqu’à se transformer en robot lors du passage à l’an 2000. "Discovery", le deuxième opus des Daft Punk qui sort l’année suivante, les propulse au rang d’icônes. Le single "One More Time" démocratise l’auto-tune et offre au duo son plus gros succès commercial. Le morceau tourne en boucle sur les radios et fait danser la planète. S’ils influencent les grands noms de l’EDM comme Skrillex et Deadmau5 avec leur scénographie spectaculaire, ils attirent aussi les artistes désireux de s’approcher de ces Midas à la française qui semblent transformer en or chaque chanson qu’ils touchent.

Lire aussi

En 2007, Kanye West sample "Harder, better, faster, stronger" pour son morceau "Stronger." Les deux Frenchies, toujours masqués, se paient même une apparition à ses côtés dans le clip et lors de la cérémonie des Grammys. Une collaboration couronnée de succès qui en appellera d’autres. C’est accompagné de la voix de Pharrell Williams et de Nile Rodgers que Daft Punk décroche la deuxième place du Hot 100 de Billboard avec "Get Lucky". Le morceau raflera trois Grammy Awards en 2014. Cette année-là, les Français remportent les cinq récompenses pour lesquelles ils étaient nommés pour "Random Access Memories". Leur ultime opus à ce jour. Rien ne dit que malgré la rupture, ils ne continuent pas leur travail dans l’ombre en tant que producteurs. 

"Nightcall" de Kavinsky, c’est eux. "Starboy" et "I Feel it Coming" de The Weeknd, c’est eux aussi. "Honnêtement, je crois que la France est très fière de ces deux gars", déclarait Pharrell après avoir vu ses potes tout gagner aux Grammys. Très fière oui, mais surtout très triste ce soir.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Lire et commenter