"Dirty Corner" d'Anish Kapoor : ces autres oeuvres qui ont fait scandale

CULTURE

1/6 “Dirty Corner”, de l’artiste britannique Anish Kapoor à Versailles, en juin 2015. Cette pièce, un long tunnel d'acier rouillé, est en ce moment exposée dans les jardins du château. Son auteur la décrit lui-même comme "très sexuelle".

SIPA

2/6 “Lobster”, de l’Américain Jeff Koons, au château de Versailles, en 2008. L’exposition des sculptures de cet artiste kitsch dans la résidence de Louis XIV - comme celle-ci dans le salon de Mars - avait provoqué débats, critiques et manifestations.

AFP

3/6 “Tree”, de l’artiste américain Paul McCarthy, place Vendôme à Paris, en 2014. De la forme d’un plug anal, cette sculpture gonflable controversée a été vandalisée et a fini à plat.

AFP

4/6 “Immersion Piss Christ”, de l’artiste américain Andres Serrano, à Avignon, en 2011. Un caméraman film après que l’oeuvre, une photo d’un crucifix plongé dans un bocal d’urine, a été en partie détruite par deux activistes catholiques.

AFP

5/6 “L’origine du monde”, de Gustave Courbet, lors d’une exposition à Ornans (Doubs), en 2014. Figurant un sexe féminin, ce tableau achevé en 1866 avait fait scandale à l’époque. Il choque toujours Facebook : sa diffusion a été censurée sur le réseau social.

AFP

6/6 "Les cochons tatoués", de l’artiste belge Wim Delvoye, à Nice, en 2010. L’exposition, où étaient présentés sept porcs tatoués et empaillés, a provoqué la colère des défenseurs des animaux.

AFP