"Cette série va changer des vies" : la romcom LGBT+ "Love, Victor" arrive enfin en France

"Cette série va changer des vies" : la romcom LGBT+ "Love, Victor" arrive enfin en France

COUP DE CŒUR – Suite du film phénomène "Love, Simon" sorti en 2018, la série narre la quête d’identité d’un jeune Latino dans son nouveau lycée. Un récit aussi doux que nécessaire à découvrir sur Disney+ dès le 23 février.

Jamais un studio hollywoodien n’avait pris le pari de faire d’un adolescent gay le héros d’une comédie romantique grand public. Simon a été le premier à faire son coming-out au cinéma. "Love, Simon marque une nouvelle ère pour les teen movies", note IndieWire à la sortie du film en 2018.

Le récit est simple mais touchant, enclenchant un phénomène qui va bouleverser les États-Unis. Et donner des idées aux têtes pensantes de chez Disney qui se décident à décliner l’histoire en série après leur rachat de la Fox.

Le projet est annoncé comme une production Disney+ mais change de diffuseur en même temps qu’il change de titre. C’est sur la plateforme Hulu, jugée plus adulte, que Love, Victor démarre à l’été 2020. La série repart à Creekwood High, l’ancien lycée de Simon, et suit un nouvel élève lui aussi en quête d’identité. "Mon histoire est confuse. Certains mecs aiment les mecs. Certains mecs aiment les filles. Certains mecs aiment les deux. Je ne suis même pas sûr de mes goûts", souffle-t-il dès la bande-annonce.

Dans notre communauté, l’homosexualité est encore taboue- Ana Ortiz

Si les dix épisodes d’une trentaine de minutes reprennent les ingrédients qui ont fait le succès du film, ils en modifient légèrement la recette pour la rendre plus universelle encore. "Si l’histoire de Victor est si différente de celle de Simon, c’est d’abord parce que Victor est une personne de couleur. Ce n’est pas un gamin blanc privilégié issu d’une très bonne famille", souligne son interprète Michael Cimino. 

"Ce n’est pas seulement une question de gay, hétéro, bi, non-binaire. C’est aussi une question de classe sociale : qui est riche, qui est pauvre", ajoute Ana Ortiz, qui incarne la mère du jeune héros Isabel. "La représentation est vraiment essentielle. C’est cliché de dire ça mais c’est vrai", sourit-elle. 

Une représentation d’autant plus importante que Victor est latino. Dès l’arrivée de la famille Salazar dans son nouvel appartement, le premier réflexe des parents est d’accrocher une croix au mur.  "C’est très, très latin", s’amuse Ana Ortiz, soulignant que la série "essaie d’être la plus honnête possible"

Même quand il s’agit d’évoquer le rôle sombre que peut jouer la religion sur certains jeunes en recherche d’eux-mêmes. "Dans notre communauté, l’homosexualité est encore taboue", souligne celle qui jouait déjà la mère d’un fils gay dans la série Ugly Betty. Sauf qu’Hilda "était très tolérante et aurait frappé tous ceux qui regardaient son fils de travers". "Je pense qu’il y a plus de mères latinas ressemblant à Isabel qu’à Hilda. Et j’espère que bon nombre de ces mères pourront se reconnaître et se dire qu’elles peuvent aussi évoluer", insiste-t-elle.

Love, Simon a déjà permis d’ouvrir des heures de discussions dans les médias mais aussi en privé. Offrant même l’opportunité au frère de Nick Robinson, le héros du film, de dire à sa famille qu’il était gay. L’acteur américain de 25 ans a suivi pas à pas l’élaboration de Love, Victor. Producteur exécutif, il en est aussi le narrateur et y fait une apparition. L’occasion pour lui de dispenser ses conseils à son successeur, tout comme Simon apporte son aide à Victor à l’écran en échangeant sur Instagram. "Il m’a simplement parlé de son expérience et de l’impact que le film avait eu sur la vie des gens. C’était avant la diffusion et ça a tout remis en perspective. Cette série va changer des vies. On va être diffusé dans le monde entier donc on croise les doigts", lâche-t-il avec un large sourire alors que Love, Victor arrive dans de nombreux pays dont la France ce 23 février à l’occasion du lancement de Star, la section adulte de Disney+. 

Pas besoin d’avoir vu Love, Simon pour apprécier son prolongement. Une suite aussi douce que nécessaire, qui a déjà été renouvelée pour une saison 2.

Lire aussi

>> Love, Victor – disponible sur Disney+, dès le 23 février à raison d’un épisode par semaine

Sur le même sujet

Lire et commenter