Du sang dans les baskets : Nike fait interdire la livraison des "Satan Shoes" de Lil Nas X

Du sang dans les baskets : Nike fait interdire la livraison des "Satan Shoes" de Lil Nas X

POLÉMIQUE – La justice américaine a tranché en faveur de l’équipementier sportif Nike, qui avait demandé l’interdiction de la distribution des controversée Satan Shoes. Ces baskets, fabriquées à l’initiative du rappeur Lil Nas X, font polémique outre-Atlantique en raison de leurs références au satanisme.

666 et sans doute pas une de plus. Fabriquées en édition limitée par la firme MSCHF, basée à Brooklyn, les Satan Shoes du rappeur Lil Nas X n’atteindront peut-être même pas leurs acheteurs. Le géant Nike, qui avait saisi un tribunal de New York, vient en effet d’obtenir l’interdiction de la livraison de ces baskets reprenant le design de l’Air Max 97. Tous les modèles, vendus 1.018 dollars pièce, avaient été vendus avant l’action en justice de Nike.

Si la contrefaçon était évidente, c’est l’image de la marque qui était en jeu. Sur ces modèles, MSCHF a en effet incorporés plusieurs pentagrammes, brodés et en médaillon, ces étoiles à cinq branches souvent considérés comme des symboles sataniques. Plus surprenant encore : la présence d’une goutte de sang humain dans chacun des modèles.

"Un préjudice irréparable"

Le juge en charge de l’affaire a estimé que les actions du collectif d'art MSCHF étaient "susceptibles de semer la confusion (...) chez les consommateurs sur l'origine, le parrainage ou l'approbation" des chaussures, et qu'elles "dilueraient et terniraient" la marque de Nike, causant "un préjudice irréparable", selon des documents judiciaires consultés par l’AFP.  

 

Du côté de MSCHF, on se dit "honnêtement surpris" par l’action de Nike. "Il n'y a pas de meilleure façon d'entamer une conversation sur la culture de la consommation qu'en participant à la culture de la consommation", déclaré dans un communiqué la société qui dit avoir "hâte de travailler avec Nike et le tribunal pour résoudre cette affaire le plus rapidement possible".

Une promo rondement menée

Les représentants de MSCHF doivent se présenter devant le tribunal le 14 avril, mais il y a peu de chance qu’ils obtiennent l’autorisation d’exploiter ultérieurement leur modèle, d’autant plus que Nike leur réclame des dommages et intérêts. Dans son communiqué, la société rappelle, sans doute un peu ironiquement, qu’elle avait par le passé conçue des "baskets de Jésus", basées elles aussi sur les Air Max 97, sans jamais être poursuivie...

Lil Nas X, quant à lui, ne semble pas être dérangé par la polémique, au contraire. Dévoilées dimanche dernier, les Satan Shoes prolongent la thématique visuelle de son nouveau clip, "Montero (Call Me By Your Name)", dans lequel il effectue une "lap dance" avant un personnage déguisé en diable.

Lire aussi

Dès dimanche, la gouverneure républicaine du Dakota du Sud Kristi Noem appelait sur Twitter à "se battre avec acharnement" contre la paire de baskets, "un combat pour sauver l’âme de notre nation." Hasard ou pas, la polémique des "Satan Shoes" n'a fait que renforcer la notoriété de la chanson, dont le clip cumule déjà plus de 79 millions de vues. Le titre, lui, caracole dans les premières places des charts, des deux côtés de l'Atlantique.

Révélé en 2019 avec l’énorme tube "Old Town Road", couronné aux Grammy Awards, Lil Nas X est à 21 ans l’un des rares rappeurs américains à clamer ouvertement son homosexualité. Dans une vidéo postée lundi sur Youtube, il fait mine de s’excuser pour la polémique, une paire de Satan Shoes à la main, avant de laisser le diable du clip lancer un "Fu.. it" plutôt définitif. 

Vous êtes fan de rap ? L'écrivain Ludovic-Hermann Wanda dit son admiration pour Booba, Ninho et les autres dans le nouvel épisode du podcast "Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux"...

>> Pour écouter cet épisode sur votre plateforme préférée, cliquez ici

Et si, à l'heure où les réseaux sociaux vampirisent nos cerveaux, ouvrir un livre était devenu un acte de résistance ? "Les Gens Qui Lisent Sont Plus heureux", c’est un podcast consacré au plaisir de la lecture sous toutes ses formes. Qu’on soit passionné de polar ou de roman historique, de biographie ou de poésie, l’important, c’est de passer un bon moment, non ? 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter