Le père de Meghan Markle va-t-il trop loin ?

Le père de Meghan Markle va-t-il trop loin ?

ENOUGH IS ENOUGH – Il n’a pas parlé à sa fille depuis son mariage royal avec le prince Harry il y a deux ans. Mais le septuagénaire tente tant bien que mal de renouer le contact par médias interposés, comme ce dimanche à la télévision australienne avec une interview pleine de contradictions.

Il est présenté comme "le grand-père de Lilibet". Thomas Markle a profité de la naissance de sa petite-fille pour s’offrir un nouveau passage sous les projecteurs. Et accorder une interview qui ne devrait pas aider à reconstruire la relation brisée avec sa fille. 

C’est à la télévision australienne que le père de Meghan Markle a décidé de s’épancher ce week-end. Interrogée par l’émission "60 Minutes", le septuagénaire a fait pendant vingt minutes tout ce qu’il reproche aux Sussex. À savoir étaler leur vie privée dans les médias.

Arrêtez de livrer tous les secrets de la famille royale- Le conseil de Thomas Markle au prince Harry

"Arrêtez de parler de la famille royale. Arrêtez de livrer tous les secrets de la famille royale", lance-t-il à son gendre le prince Harry, qu’il n’a jamais rencontré. Tout en ouvrant son propre placard à archives, dévoilant des vidéos et des photos de l’enfance de sa fille devenue duchesse. "J’ai été le premier à prendre Meghan dans mes bras, née par césarienne. Je serais très déçu si je ne pouvais pas prendre dans mes bras ma petite-fille", glisse-t-il à propos de la petite Lili, née le 4 juin. "C’est un prénom parfait. Et l’autre chose qui me rend heureux, c’est qu’il y a encore plus de sang Markle dans la famille royale", se félicite celui qui n’a pourtant plus aucun contact avec son propre enfant depuis plus de deux ans.

La dernière fois que Thomas et Meghan Markle se sont parlés, l’ancienne actrice n’était encore que fiancée au prince Harry. Deux jours avant ses noces en mondiovision, la jeune femme s’était entretenue au téléphone avec son père qui était alors hospitalisé aux États-Unis après une crise cardiaque. Un ultime échange de vive voix qui a laissé des traces. La duchesse de Sussex reproche à son père d’avoir voulu mettre un peu de beurre dans ses épinards en organisant de fausses paparazzades avec la presse à scandale avant le mariage royal. Mais aussi d’avoir fourni au Mail on Sunday une lettre manuscrite très personnelle. L’affaire a été portée devant les tribunaux et la jeune femme a remporté son procès contre le tabloïd.

Je crois qu’elle profite d’un homme affaibli et lui fait dire des choses qu’on ne devrait pas dire à la télévision- Thomas Markle à propos d'Oprah Winfrey

Depuis, Thomas Markle sort les rames pour récupérer sa fille. Tout en la critiquant vivement. "Je ne suis pas un tueur. J’ai fait une seule erreur et on ne me la pardonne pas. Ils parlent de compassion mais il n’y a pas de compassion pour moi, pour ma famille", souffle-t-il à la télévision australienne. Il assure avoir "des choses à dire", s’en prenant à Oprah Winfrey qui a recueilli les confidences du couple dans une interview choc ainsi que celles du prince Harry dans une série documentaire sur la santé mentale pour AppleTV+. "Je crois qu’elle profite d’un homme affaibli et lui fait dire des choses qu’on ne devrait pas dire à la télévision", assène-t-il. Une attaque qui fait sourire quand on se souvient qu’en mars, il s’était déplacé chez la papesse du petit écran pour lui demander d'être lui aussi interviewé par ses soins. Inutile de dire que sa requête est restée lettre morte…

Lire aussi

Désormais installé au Mexique non loin de la Californie où vivent Meghan et Harry, Thomas Markle assure "ne pas chercher la pitié". Mais avance quand même que chez les Markle on ne vit pas bien vieux et qu’il pourrait ne jamais connaître ses petits-enfants Archie et Lili. Invité régulier de l’émission Good Morning Britain du temps où le journaliste Piers Morgan en était le présentateur, le père de la duchesse du Sussex y martelait encore en mars qu’il "parlait à la presse" car les Sussex refusaient de lui parler. Tout en omettant de dire qu’il monétisait chacune de ses interviews. Suffisant pour se demander si les appels lancés à sa fille ne seraient finalement pas de merveilleuses machines à cash qu’il faudrait peut-être couper.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France tout près des 1000 patients en réanimation

Covid-19 : doit-on s'isoler si l'on est déclaré "cas contact" et pleinement vacciné ?

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, après l'or en aviron

VIDÉO - Pour rassurer, Olivier Véran vaccine devant les caméras sa collègue Olivia Grégoire, enceinte

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.