Exhumation du corps de Dali : qui est Pilar Abel, cette voyante  qui pense que le peintre est son père ?

Exhumation du corps de Dali : qui est Pilar Abel, cette voyante qui pense que le peintre est son père ?

DirectLCI
HISTOIRE - Vingt-huit ans après le décès de Salvador Dali, une juge de Madrid a ordonné l'exhumation des restes du peintre espagnol. Cette mesure vise à déterminer si l'artiste est le père biologique de Pilar Abel, une voyante catalane aujourd'hui âgée de 61 ans. On vous présente celle qui met la Catalogne en émoi.

Pilar Abel est-elle la fille cachée de Salvador Dali ? C’est pour répondre à cette question qu'une juge espagnole a ordonné l’exhumation des restes du célèbre peintre catalan, enterré au sein du théâtre-musée de Figueras, sa ville natale. Pilar Abel est née elle aussi en 1956 à Figueras. 


Selon son récit, sa mère, Antonia Martinez, aurait entretenu une relation clandestine avec l’artiste à Port Lligat près de Cadaqués, le village de pêcheurs où lui et sa femme  Gala ont construit leur maison de bord de mer. C’était dans les années 1950, Antonia Martinez était alors une jeune femme qui travaillait comme nounou pour de riches familles qui passaient les étés là-bas. Elle aurait gardé le secret de cet enfant issu d'un amour clandestin et se serait marié rapidement avec un autre homme lorsqu'elle était enceinte. Ce n'est qu'à ses 8 ans que sa grand-mère lui aurait révélé sa véritable histoire. 


"Un jour, on est passé sur la Rambla à Figuéres et on a vu Dali. Ma grand-mère m’a dit que c’était mon père, j’étais petite et assez impressionnée", témoigne-t-elle ainsi en 2016 dans un reportage de France 3 Pays Catalan. Il y a dix ans, Pilar Abel décide d'entamer des démarches de reconnaissance en paternité. "Je demande juste un test ADN, un oui ou un non. Je serai satisfaite car je saurai enfin qui je suis", poursuit-elle. L'affaire suscite le scepticisme en Catalogne. Pilar Abel, qui travaille dans le "parapsychologique" et se dit passionnée de voyance et de tarots, affirme de son côté que sa mère lui a confirmé ce secret, avant d'être atteinte de la maladie d'Alzheimer.  

"La voyante qui se prend pour la fille de Dali"

Le journal catalan La Vanguardia lui avait consacré un article en 2015 intitulé "La voyante qui se prend pour la fille de Salvador Dali". Le quotidien y évoquait une histoire qui semble "totalement invraisemblable" et rappelait qu'elle avait déjà réclamé 600.000 euros à l'écrivain espagnol Javier Cercas pour de présumées injures dans un de ses romans où un personnage lui ressemblait. 


Car l'enjeu de sa demande de paternité pourrait être aussi financier. Si dans un article du New York Times en 2015, l'avocat de Pilar Abel expliquait qu’il n’avait pas encore travaillé sur une possible réclamation financière, le montant pourrait être colossal. Le peintre s'est marié avec Gala mais le couple n'a pas eu d'enfant. Salvador Dali a ainsi légué des centaines de millions à l’Etat espagnol à sa mort en 1989. 

Le tribunal de Madrid qui a accédé à sa requête a fait valoir que "l'étude de l'ADN du cadavre du peintre est nécessaire car il n'existe pas d'autres restes biologiques ni personnels pour effectuer une comparaison". Cette décision prise par une juridiction civile peut faire l'objet d'un recours, a néanmoins rappelé la justice. La Fondation Salvador Dali, siégeant au sein du musée du même nom à Figueras, a  de son côté fait valoir auprès de l'AFP que ce n'était qu'"une étape de plus dans le cadre d'une procédure". "La décision n'est pas définitive et peut faire l'objet d'un recours", a indiqué une porte-parole. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter