Jean-Paul Gaultier fait défiler le cinéma à la Cinémathèque française

Ça tourne pour l'expo "Cinémode" de Jean-Paul Gaultier !

SORTIE - Le célèbre couturier orchestre l'exposition CinéMode à la Cinémathèque française du 6 octobre au 16 janvier. Un voyage subjectif et enchanteur dans l’histoire du cinéma.

Entre Jean-Paul Gaultier et le cinéma, c’est une grande histoire d'amour. C'est donc tout naturellement que la Cinémathèque française a demandé au célèbre couturier de jouer les commissaires de sa première rétrospective consacrée aux liens enchantés entre mode et cinéma. Le nouveau juré de "Danse avec les stars" l'a souvent répété : c'est grâce au 7e art qu'il a trouvé sa vocation, et plus précisément grâce à un film. 

"Quand j’ai vu Falbalas, je devais avoir 12 ou 13 ans et là, j’ai su que je voulais faire ce métier", confie Jean-Paul Gaultier qui a choisi d'ouvrir l'exposition en recréant un boudoir dans une salle ronde, rose et tendue de tulle, en hommage au film de Jacques Becker avec Micheline Presle, datant de 1945. Pour la petite histoire, c'est la réalisatrice Tonie Marshall, fille de Micheline Presle qui, avant sa mort, suggéra le nom de Jean-Paul Gaultier à la Cinémathèque.

Du collant de "Superman" à la robe de "La reine Margot"

Pensée comme un voyage subjectif dans l’histoire du cinéma, l'exposition CinéMode montre en filigrane l'évolution des rôles et des grands archétypes féminins et masculins. Ou comment la femme s'est virilisée tandis que l'homme s'est féminisé. On peut y voir la robe ensanglantée d’Isabelle Adjani dans La Reine Margot, le collant de Superman, le smoking de Marlène Dietrich dans Morocco ou encore le total-look cow-boy de John Wayne que Jean-Paul Gaultier confie détester, lui préférant la sensualité d'un Marlon Brando. Sa tenue culte dans L'Equipée Sauvage, avec le célèbre Perfecto en cuir est d'ailleurs exposé.

On découvre aussi les costumes créés par Jean-Paul Gaultier pour Pedro Almodóvar avec qui il entretient une relation fidèle (Kika, La Mauvaise éducation et La Piel que habito), Peter Greenaway (Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant), Caro et Jeunet (La Cité des enfants perdus) ou encore Le Cinquième Élément. Ce long-métrage signé Luc Besson lui vaudra même une nomination aux César dans la catégorie Meilleurs costumes.

"Pour moi, la mode, c’était surtout faire un défilé. S’il n’y avait pas eu le défilé, peut- être que je n’aurais pas fait de mode. J’aurais fait des costumes de théâtre ou des costumes de cinéma", admet le couturier. Avec cette exposition, la boucle est bouclée. 

CinéMode, par Jean-Paul Gaultier jusqu’au 16 janvier 2022 à la Cinémathèque française, 51 Rue de Bercy, 75012 Paris. 

Toutes les infos sur www.cinematheque.fr.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

"Cela ne va pas le faire" : pessimisme sur l'efficacité des vaccins anti-Covid existants face à Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.