Funérailles du prince Philip : un retour sous tension pour le prince Harry

Funérailles du prince Philip : un retour sous tension pour le prince Harry

WELCOME BACK – Aperçu à l’aéroport londonien de Heathrow ce dimanche 11 avril, le duc de Sussex sera sans aucun doute le membre de la famille royale le plus scruté lors de la cérémonie d’adieux à son grand-père. Lui qui n’a pas vu ses proches depuis plus d’un an…

Aucune photo n’a filtré. Pourtant toute la presse britannique l’affirme. Le prince Harry a bien posé le pied sur le sol anglais ce dimanche 11 avril, une première depuis son départ tonitruant vers le continent américain il y a un peu plus d’un an. 

Le duc de Sussex a été aperçu à l’aéroport de Heathrow à Londres où une équipe de sécurité l’a récupéré à la descente de son vol en provenance de Los Angeles. Un voyage d’une dizaine d’heures qu’il a effectué seul, son épouse Meghan, enceinte de leur deuxième enfant et n’ayant pas été autorisée à prendre l’avion par son médecin.

Toute l'info sur

La mort du prince Philip endeuille la couronne britannique

Il aurait pourtant bien eu besoin de son soutien ce samedi au moment de dire au revoir au prince Philip, décédé à l’âge de 99 ans. Le deuil d’un grand-parent est déjà une épreuve difficile à surmonter. Elle l’est d’autant plus quand les caméras du monde entier se retrouvent braquées sur vous et vos histoires de famille ultra médiatisées. Chez les Windsor, le linge sale s’est lavé en direct à la télévision pas plus tard que le mois dernier alors que le patriarche de 99 ans était hospitalisé. 17 millions d’Américains, 11 millions de Britanniques et près de 2 millions de Français ont suivi les confessions de Meghan et Harry à Oprah Winfrey. 

Une interview choc dans laquelle les Sussex ont notamment accusé la famille royale de racisme envers leur fils Archie et dans laquelle le prince Harry s’est épanché sur ses relations plus que tendues avec son père Charles qui aurait arrêté de prendre ses coups de fil. Autant de révélations qui n’ont pas vraiment aidé à apaiser les conflits entre le prince Harry et le prince William. Les deux frères auraient bien échangé par téléphone après la diffusion de l’entretien. Mais sans que cela ne fasse évoluer quoi que ce soit. Le duc de Cambridge lui-même s’était agacé face aux journalistes, soulignant que sa famille n’était "pas du tout raciste" et qu’il devait parler à son cadet.

Les Windsor en comité restreint pour la cérémonie

Leurs retrouvailles samedi après-midi au château de Windsor seront scrutées, disséquées, analysées par les médias britanniques qui feront intervenir des experts en langage corporel comme à chaque fois pour tenter de percer le mystère entre les trois hommes. Un geste de la main par-ci, un regard par-là. Suffisant pour relancer une machine médiatique jamais à court d’encre. La presse assure déjà qu'une forme de trêve a été décrétée entre les différents membres du clan le temps de dire adieu à Philip. Sur place, le public ne pourra sans doute les apercevoir que lors de la procession menant la dépouille du prince à la chapelle St George. 

Le prince Charles marchera en tête et devrait être suivi de ses frères et de ses fils. De quoi rappeler les images des princes encore enfants suivant, têtes baissées, le cercueil de leur mère Diana en septembre 1997. Seul Harry ne devrait pas porter d’uniforme militaire, lui qui a été privé de ses honneurs militaires après avoir définitivement claqué la porte de la famille royale. Selon les souhaits du duc d’Edimbourg, la cérémonie sera privée. Mais en tout petit comité en raison de la situation sanitaire. Seules 30 personnes seront autorisées à y assister. Masquées et à bonne distance.

Royale ou pas, la famille suit les règles à la lettre. Le prince Harry aurait pris la direction de Frogmore Cottage, où il vivait avec Meghan à deux pas du château de Windsor. C’est là qu’il s’isolera jusqu’à samedi. Alors que la période de quarantaine est habituellement de 10 jours pour toute entrée eu Royaume-Uni, elle peut être interrompue plus tôt en toute légalité pour assister à des funérailles. Il se murmure que le fils cadet de Charles est le petit-enfant préféré de la reine. Entre lui et Philip, s’était noué aussi un lien très fort. Tous les deux partageaient le même caractère bien trempé et un amour non dissimulé pour les frasques. 

Lire aussi

Alors forcément, le fier grand-père n’a pas gardé sa langue dans sa poche au moment de donner son avis sur l’interview donnée par Harry et Meghan à Oprah Winfrey. Ce lundi 12 avril, le Daily Mail publie les dernières pensées du prince Philip au sujet de cet entretien qu’il aurait qualifié de "folie" dont "rien de bon ne découlerait". Pas très heureux de la décision des Sussex de s’exiler aux États-Unis, le duc d’Edimbourg disait pourtant les comprendre. "Il m’a dit : 'Les gens doivent vivre leur vie de la manière qu'ils jugent la meilleure pour eux'", glisse son biographe Gyles Brandreth au tabloïd. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte "vent" : 2 départements en vigilance

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Vaccin : le casse-tête de l'exécutif pour écouler les doses d'AstraZeneca

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.