"Game of Thrones" : Dubrovnik n'en peut plus des touristes

"Game of Thrones" : Dubrovnik n'en peut plus des touristes
CULTURE

RAS-LE-BOL - A Dubrovnik, le flot continu de touristes depuis que la cité médiévale a été le lieu de tournage de certains épisodes de "Games of Thrones" est devenu un cauchemar pour les habitants.

Quand la publicité générée par une série télé vire au cauchemar pour les habitants... Il y a quelques saisons, Dubrovnik était le cadre de tournage de certains épisodes de la série phare de HBO, "Game of Thrones". Fleuron du tourisme croate, la cité médiévale est devenu l'un des lieux de tourisme incontournable pour tout fan de la série : en effet, c'est là qu'est censé se situer, Port-Réal. 

Ainsi, en 2012, près de 800.000 touristes ont visité les remparts de Dubrovnik, cité construite entre le 12e et le 17e siècle.

Et en 2013, une agence proposait des promenades sur les traces des lieux de tournage de la série télévisée d'aventures fantastico-médiévales "Game of Thrones". La ville avait choisi de surfer sur cette publicité mais, désormais, les habitants en ont marre. 

Lire aussi

Les riverains doivent parfois attendre une heure pour pouvoir entrer dans la vieille ville ...

Le flux de touristes les empêchent de vivre correctement. "Parfois, pour entrer dans la vieille ville, vous devez faire la queue pendant une heure par 40 degrés", se désole Ana Belosevic, employée dans l'hôtellerie, auprès de l'AFP. La ville de 40.000 habitants, classée au patrimoine de l'Unesco est au bord du burn-out. En cause, les rues devenues impraticables et inaccessibles aux riverains. Entre 2012 et 2015, une étude de l'Institut d'économie de Zagreb indiquait que les touristes qui visitaient la ville depuis la diffusion de la série, représentaient 1,44 million de nuitées et des recettes générées de 126 millions d'euros, indiquent Les Echos.

Pour tenter d'enrayer ce problème, les autorités ont installé des caméras aux portes des remparts pour contrôler le flux de visiteurs, et veulent limiter les escales de paquebots de croisière. Le maire de la ville, Mato Frankovic a même décidé de fixer un seuil maximum de visiteurs à 4000. En 2016, l'Unesco mettait le site en garde contre la perte de son statut de patrimoine mondial si rien n'était fait. L'organisation avait même fixé le seuil à 8000. "La perle de l'Adriatique", en accueillera désormais moitié moins. Cela sera-t-il suffisant pour enrayer le problème ? 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent