"5000 métalleux assis et distanciés, ce n'est pas possible !" : le coup de gueule du patron du Hellfest

Ben Barbaud, le patron du Hellfest

PAS CONTENT – Déjà annulé l’an dernier, le festival Hellfest ne retrouvera sans doute pas ses fidèles l’été prochain. Ben Barbaud, son directeur, estime que la jauge de 5000 spectateurs assis fixée par le gouvernement n’est pas adaptée à sa manifestation. Et il n'est pas le seul.

Il avait annoncé une affiche d’enfer avec Korn, les Deftones, System of a Down, The Offspring ou encore les vétérans de Deep Purple et Judas Priest. Après l’annonce jeudi par la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, d’une jaune de 5000 spectateurs assis par jour pour les festivals d’été, le patron du Hellfest, Ben Barbaud, estime que l’édition 2021, prévue du 19 au 21 juin prochain sur le site de Clisson, en Loire-Atlantique, n’aura pas lieu. 

"Une annulation du Hellfest semble inéluctable", explique à l’AFP celui qui avait été déjà contraint de couper le son l'an dernier en raison de la pandémie, après avoir attiré 180.000 personnes en 2019. "Une décision va être prise dans les jours qui viennent, il faut que je vois mes équipes et parle avec mes homologues à l'international, mais 5000 métalleux assis et distanciés, ce n'est pas possible", estime-t-il.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Si certains collègues de festivals se réjouissent du cadre annoncé jeudi, je fais partie de ceux qui ne s'en réjouissent pas : c'est encore la jeunesse qui va passer un été pourri- Ben Barbaud

"On s'était rendu compte que l'épidémie était moins présente l'été, cette année on a les vaccins qui arrivent, et pourtant, on a les mêmes restrictions que l'année dernière", constate Ben Barbaud qui rappelle que le Hellfest, c’est "une programmation internationale à 90%, 20% du public qui vient de l'international, 15 heures de concerts par jour, un camping géant... et le public qui picole le plus de bières". C'est tout sauf un détail puisqu'aucune décision n'a été prise, à ce stade, pour la réouverture des buvettes.

"Si certains collègues de festivals se réjouissent du cadre annoncé jeudi, je fais partie de ceux qui ne s'en réjouissent pas : c'est encore la jeunesse qui va passer un été pourri", juge Ben Barbaud qui n'exclut toutefois pas "de faire quelque chose en digital cet été, voire un petit concert à destination des bénévoles. Mais je ne peux pas vendre ça comme le Hellfest". Créé en 2006, le Hellfest est devenu l'un des plus grands festivals de metal en Europe, et le plus important en France.

En vidéo

Des organisateurs de festivals déçus par les annonces de Roselyne Bachelot

Si certains festivals comme les Francofolies de la Rochelle ou les Vieilles Charrues à Carhaix ont laissé entendre leur volonté de s’adapter pour ne pas priver leurs spectateurs de musique, de nombreuses manifestations estivales sont dans la même situation que le Hellfest. "On est sous le choc, dos au mur", indique Jean-Paul Roland, le directeur du festival des Eurockéennes, estimant la jauge fixée par Roselyne Bachelot totalement inadaptée. 

"C'est 5000 personnes, assises, et avec distanciation, sans distinction entre plein air et intérieur ! Ça veut dire qu'il faut des gradins de 10.000 places". Bref un casse-tête insoluble. Et contraire à l’esprit d’une manifestation de ce type. Le festival We Love Green, qui se tient en région parisienne en juin, a lui sondé ses festivaliers. 85% des sondés ont dit qu'ils ne viendraient pas si c'était un festival assis. Le festival parisien Solidays a, lui, déjà jeté l'éponge la semaine dernière.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 nouveaux cas mercredi, du jamais vu depuis novembre

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter