Succomberez-vous à "Hollyoaks", le feuilleton culte venu du Royaume-Uni ?

Le soap britannique "Hollyoaks", très suivi outre-Manche depuis son lancement en 1995, est diffusé en France depuis le 8 février 2021.

PRÉSENTATION – Diffusé tous les jours sur Channel 4 depuis 25 ans, le soap opera britannique part à l’assaut du public français dès cette semaine sur TF1 Séries Films sous le titre "Hollyoaks, l’amour mode d’emploi". Une plongée totalement kitsch mais finalement plus profonde qu’il n’y paraît dans un village fictif du nord de l’Angleterre.

Le rendez-vous est devenu incontournable. Qu’ils soient diffusés en fin de matinée, à la mi-journée ou en début de soirée, les feuilletons quotidiens séduisent de plus en plus de téléspectateurs. Un regain qui s’est accéléré avec la pandémie, comme en témoigne le succès d’Ici tout commence depuis son lancement sur TF1 à l’automne. Le groupe a décidé d’élargir son spectre en important l’un des soaps les plus populaires outre-Manche.

Son titre ? Hollyoaks, du nom du village fictif du nord de l’Angleterre où se déroule ce programme lancé avec succès en 1995 sur Channel 4. Autant dire que la diffusion française ne commence pas par le premier épisode mais par l’épisode 5329, en plein Nouvel An. Alors forcément, on est un peu perdu d’entrée en essayant de comprendre qui est qui – et surtout ce qui a bien pu se passer dans les 5328 épisodes précédents. 

Derrière le kitsch du soap, un programme pionnier sur les questions de société

Sur la forme, c’est un peu comme si Les Feux de l’amour avaient fusionné avec une production AB – le kitsch britannique en plus. Le doublage nous prive des doux accents du nord de l’Angleterre mais pas de savoureux dialogues. "Tu veux te marier ? Attends, tu t’es encore saoulée au mousseux ?", lance un personnage à un autre. Ils n’étaient que 14 au départ, ils sont désormais plus de 50 répartis sur différentes tranches d’âges. En traversant la Manche, Hollyoaks espère séduire de nouveaux adeptes mais a déjà gagné un nouveau titre trompeur : L’Amour, mode d’emploi. Car ce soap n’a rien de rose bonbon et peut même se vanter d’être un pionnier dans la représentation à l’écran des grands faits de société. 

Racisme, avortement, drogue, consentement… Les sujets les moins réjouissants sont les plus explorés. Hollyoaks est le premier soap britannique à raconter l’histoire de héros transgenres, le premier à parler du viol d’un homme par un autre – "son intrigue la plus célèbre" selon la BBC -, le premier à dénoncer les violences conjugales dans les couples de même sexe. Et le premier aussi à faire mourir l’un de ses personnages de ses troubles alimentaires. Comme un miroir sans fard du monde dans lequel vivent les téléspectateurs. "La télévision britannique a besoin de voix différentes, de voix venant de la classe moyenne, quelque chose de plus que les élites recrutant les élites pour fabriquer de la télévision qui ne comprend pas les problèmes qu’affrontent les gens ordinaires", expliquait en 2016 au Guardian Phil Redmond, le créateur du feuilleton.

Lire aussi

L’été dernier, Hollyoaks s’est exporté sur Snapchat pour tenter de conquérir un public plus jeune encore. Bilan après six mois : plus de 190.000 abonnés. En France, c’est de manière plus confidentielle que le feuilleton a fait ses débuts à l’heure du déjeuner sur TF1 Séries Films. Le rendez-vous est désormais donné à 13h20 du lundi au vendredi et en replay sur MYTF1.  Le public français l'inscrira-t-il à son calendrier ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Manifestation pro-Palestine : tensions à Paris, calme en région

Val-de-Marne : une adolescente de 17 ans tuée à coups de couteau, le suspect arrêté

EN DIRECT - Cévennes : après sa reddition, Valentin Marcone "était dans une volonté de dialogue"

VIDÉO - "Une femme libérée et de pouvoir" : Amandine Petit a défilé en Marianne à Miss Univers

Amandine Petit en finale de Miss Univers : ses parents sont ses plus grands fans

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.